Accueil » Actualité » La 4G transforme les pigeons en andouilles

La 4G transforme les pigeons en andouilles

Image 1 : La 4G transforme les pigeons en andouilles

Depuis deux ans, on pouvait croire que Xavier Niel (patron d’Iliad) et Stéphane Richard (PDG d’Orange) étaient les meilleurs amis du monde. Le premier a bénéficié du réseau étendu du second pour lancer Free Mobile et s’accaparer plus de 10 % du marché de la téléphonie mobile en France, ce dont ne se plaignait pas le second puisque chaque client Free mobile utilisant son réseau lui rapportait de l’argent. Pourtant, la réaction de Stéphane Richard au lancement de la 4G Free ne fut pas tendre.

« Le problème c’est que c’est du vent tout ça puisque il n’y a pas de couverture. Il y a 700 antennes aujourd’hui, c’est-à-dire même pas l’équivalent de ce [qu’a Orange] à Paris et à Marseille, donc je vous laisse imaginer la qualité de réception que vous pourrez avoir avec 700 antennes sur l’ensemble du territoire », a-t-il déclaré au micro de RTL. Puis « ce n’est pas de la 4G c’est de la 3G donc il faut arrêter de prendre les gens pour des andouilles ».

Réponse du berger à la bergère puisqu’en présentant en 2012 son forfait illimité à 20 € par mois, Xavier Niel, n’avait pas hésité à traiter les clients qui restaient chez leur opérateur historique de « pigeons ». Mais pourquoi ce changement de ton chez Orange ? Sans doute parce que Free a multiplié par 6 le fair use de ses clients 4G et que ce fair use est aussi valable en 3G. Or, vu la faible couverture du réseau propre de Free, une bonne partie de ses 20 Go sera fournie par Orange. Sans doute aussi parce que Free vient casser la belle dynamique que les opérateurs avaient mis en place autour de la 4G. Ils l’utilisaient pour vendre à nouveau des forfaits plus onéreux afin de redresser leur marge, mise à mal par l’arrivée de Free mobile.

Toutefois, le climat n’est plus aussi favorable à Free qu’en 2012. Bien que Free profite toujours d’une image de robin des bois fortement ancrée dans l’opinion, pigeons et andouilles seront probablement plus prudents cette fois. Les déboires des premiers abonnés Free mobile n’ont pas été oubliés. L’UFC que choisir a montré qu’ils n’étaient d’ailleurs pas terminés. En outre, la 4G ne semble pas un argument de vente fort. Xavier Niel, lui-même expliquait il y a une semaine que 90 % des français n’étaient pas intéressés. Enfin, même les ministres délégués Benoit Hamon et Fleur Pellerin ont jugé bon de publier dès hier un communiqué commun invitant les consommateurs « à consulter les cartes de couverture des opérateurs avant de faire leur choix ». Une pique clairement destinée à Free mobile qui offre la plus petite couverture actuellement. L’attaque fut encore plus claire dans la bouche de la ministre qui a indiqué à l’AFP « Il faut faire attention à ne pas abîmer la 4G avec des offres qui seraient déceptives. Moi, je ne crois pas au Père Noël: une offre c’est non seulement un prix mais c’est aussi une couverture et un débit ».