Accueil » Actualité » La Chine perquisitionne les bureaux de Microsoft

La Chine perquisitionne les bureaux de Microsoft

Image 1 : La Chine perquisitionne les bureaux de MicrosoftWindows et la Chine

La chambre chinoise du commerce et de l’industrie a publié un communiqué confirmant la perquisition de quatre des bureaux chinois de Microsoft dans le cadre d’une enquête sur des abus de position dominante par la société, selon le quotidien South China Morning Post. C’est la deuxième compagnie technologique ces derniers jours à faire l’objet d’une telle investigation, Qualcomm ayant dénoncé la pression des autorités de ce pays la semaine dernière (cf. « Qualcomm se sent lésé par des compagnies chinoises »).

L’image de Microsoft ternie en Chine par une affaire de pots-de-vin et une propagande anti-Windows

L’enquête arrive juste après une affaire de pots-de-vin qu’a enquêté le département américain de la justice (cf. « Microsoft serait lié à une affaire de pots-de-vin en Russie et au Pakistan »). À l’époque, les allégations affirmaient que l’éditeur avait payé des membres du gouvernement chinois, entre autres, pour obtenir des contrats importants fournissant systèmes d’exploitation et autres logiciels.

Microsoft n’a pas été inculpée par les autorités américaines ou chinoises, mais l’image de la société a depuis été sérieusement écorchée dans l’Empire du Milieu. La télévision nationale a montré des interviews expliquant que Windows 8 était utilisé par la compagnie pour récolter des informations sur les utilisateurs chinois et le gouvernement a banni l’utilisation de Windows 8 dans ses bureaux. Il a expliqué que c’était une mesure de sécurité après la fin des mises à jour de Windows XP.

La révolution technologique chinoise chercherait à trancher des têtes

Il est difficile d’oublier que ces mesures à l’encontre de Microsoft arrivent au même moment où la Chine travaille sur ses systèmes d’exploitation mobiles (cf. « Yi, l’Android chinois ») et PC (cf. « Kylin : l’OS open source chinois basé sur Ubuntu »). Le pays occupe toujours le TOP 500 des supercalculateurs, travaille sur un processeur fait maison (cf. « Le supercalculateur chinois 300 TFLOPS à venir ») et il continue d’affronter la dominance des firmes technologiques américaines en cherchant à fournir des outils capables de remplacer ceux qui viennent de l’étranger.

Utilise-t-il son système judiciaire à son avantage afin de freiner ses concurrents ? La chambre du commerce américaine a déclaré cette année que «le gouvernement chinois utilise les lois [portant sur l’abus de position dominante] pour promouvoir les fabricants chinois et pour faire avancer des règlementations industrielles favorisant le développement des entreprises domestiques». Si la Chine utilise son système judiciaire ainsi, ce ne serait pas le premier pays à le faire ni la première fois que cela se produirait.