Accueil » Actualité » La Chine vise les 100 pétaflops en 2015, l’exaflops en 2018

La Chine vise les 100 pétaflops en 2015, l’exaflops en 2018

Image 1 : La Chine vise les 100 pétaflops en 2015, l'exaflops en 2018Le Tianhe-1A chinois, 2,5 PFlops.Les États-Unis viennent peut-être de construire le supercalculateur le plus puissant du monde – le Titan, qui atteint 20 PFlops – mais la Chine ne se laissera pas distancer. L’empire du milieu ambitionne de passer le cap des 100 PFlops d’ici à trois ans, puis d’accélérer encore pour dépasser le seuil hautement symbolique de l’exaflops (1 EFlops = 1 000 PFlops = 1018 calculs en virgule flottante à la seconde) d’ici 2018.

Cette performance devra être réalisée par le Tianhe-2, supercalculateur succédant au Tianhe-1, déjà en service depuis fin 2009, qui plafonne à seulement 1 PFlops. Comme son prédécesseur, le Tianhe-2 utiliserait à la fois des CPU et des GPU. Autre point commun, Tianhe-2 sera construit au sein de l’Université Nationale de Technologie de la Défense. Il servira donc majoritairement des fins militaires.

Nul ne dit cependant que la Chine tiendra ses objectifs ambitieux. En outre, les autres grandes puissances (États-Unis, Europe, Japon) essaient toutes de développer des calculateurs aussi rapides. Pour l’instant du moins, les obstacles à leur réalisation sont nombreux. Les CPU ne sont tout simplement pas assez puissants et ils n’évoluent pas assez rapidement pour délivrer 1 EFlops en 2018. Intel a conçu son processeur massivement parallèle MIC justement à cette fin. En face, Nvidia assure que seuls les GPU sauront délivrer la puissance de calcul nécessaire, dans une enveloppe énergétique raisonnable (les plus gros calculateurs consomment déjà une dizaine de mégawatts, il n’est pas possible d’aller vraiment plus loin).