Accueil » Actualité » La Corée du Nord ne nie pas être impliquée dans le piratage de Sony Pictures

La Corée du Nord ne nie pas être impliquée dans le piratage de Sony Pictures

Image 1 : La Corée du Nord ne nie pas être impliquée dans le piratage de Sony PicturesL’entrée de Sony PicturesLe porte-parole de la Corée du Nord aux Nations Unies a refusé de nier que son pays était impliqué dans le piratage des ordinateurs de Sony Pictures et il a seulement demandé d’attendre et de voir ce qui allait se passer, sans donner plus de précision (cf. « La Corée du Nord aurait attaqué Sony Pictures à cause d’un film »). C’est une réponse inhabituelle dans ce genre d’affaires, les États condamnant généralement ce type d’action et niant toute implication, même si leurs opérations sont relativement bien connues (cf. « Sabotage du gazoduc transsibérien (1982) »).

Il ne faut pas non plus écarter la thèse qui consiste à penser que la Corée du Nord profite beaucoup de cette publicité et qu’elle pourrait simplement prolonger ce moment de célébrité en bénéficiant du travail de quelqu’un d’autre. Quoi qu’il en soit, nous commençons à avoir une meilleure compréhension de la portée de l’attaque (cf. « Sony Pictures paralysé par des pirates »). Plusieurs films du studio de cinéma qui n’ont pas encore été montrés au public ont filtré sur la Toile, à l’exception de Fury qui a fuité et qui est sorti en salle en octobre dernier. Les pirates ont aussi divulgué les noms, dates d’anniversaire et numéros de sécurité sociale de 3 803 employés du studio ainsi que les fiches de paye de l’ensemble de la compagnie et les départs de salariés qui ont eu lieu en 2014 et ce qu’ils ont coûté. Bref, la portée est très importante et selon un rapport de Reuters, il y a encore des systèmes informatiques au sein de la société qui sont toujours inutilisable, huit jours après l’attaque. En plus d’être ralentis par l’enquête, les informaticiens de Sony Pictures auraient à faire face à des virus extrêmement complexes.