Accueil » Actualité » La DRAM toujours en baisse

La DRAM toujours en baisse

Une étude de DRAMeXchange montre que depuis la première moitié du mois de février, les prix de la DRAM n’ont pas cessé de baisser, fleuretant maintenant avec ceux des coûts de production. Les marchés ont tendance à interpréter ces données comme une baisse de la demande. Alors que Vista est maintenant sorti il y a plus d’un mois, ceux qui affirmaient que le nouveau système allait provoquer un accroissement de la demande en mémoire commencent à retourner leur veste.

Le marché

L’étude porte sur des puces de 64 Mo. On note ainsi qu’entre la deuxième moitié du mois de février et la première moitié du mois de mars, les prix des puces DDR2-667 utilisant 8 fois 8 Mo ont chuté de 13,01 % tout comme les puces utilisant 16 fois 4 Mo. Depuis le début de l’année, les prix ont chuté de 35 %. Ainsi, on estime qu’une barrette de 512 Mo coûte environ entre 25 et 32 $ à fabriquer. Or, une telle barrette se vend aujourd’hui à 33,50 $, ce qui a un impact sur les marges des constructeurs. Cela ralentit aussi la production et l’on estime que certains acteurs allouent moins de 10 % de leurs forces de production à la fabrication de puces DDR.

Et nous

Force est de constater que cette baisse est maintenant plus que visible à notre niveau, comme en témoigne notre comparateur de prix. Ainsi, on trouve des barrettes de DDR2-SDRAM PC4200 Générique de 512 Mo à

, alors qu’elles se vendaient au-dessus de la barre des 45 € en début d’année. Les barrettes de 1 Go ne sont pas en reste. Alors qu’une barrette générique de DDR2 PC5300 de 1 Go se vendait autour de 100 € en janvier, on la trouve à

aujourd’hui. L’étude ne dit pas quand les prix devraient se stabiliser. Néanmoins, Hynix parlait d’un maintien au deuxième semestre pour une monté des prix en fin d’année (cf. « Hynix : baisse de la DRAM de 30 % en 2007 »). Le constructeur avait aussi parié sur une baisse des prix de l’ordre de 15 % par trimestre. Avec ces derniers chiffres, on s’attend à plus du double, pour le premier trimestre. Si la situation ne se rétablit pas vite, les fabricants de mémoires vont se retrouver déficitaires sur la DDR, comme ce fut le cas en 2005 et l’année 2007 risque d’être assez noire.