La fibre généralisée dans les hauts de seine par Neuf et Numéricâble

Fibre OptiqueLe département des Hauts de Seine via son conseil général souhaite subventionner la création d’un réseau de fibre optique connectant l’ensemble des foyers et entreprises situés sur son territoire. Il devrait être opérationnel d’ici 2012. Ce réseau serait construit sous délégation de service public, par des opérateurs privés. Parmi les postulants, le consortium réunissant le groupe de BTP Eiffage et les opérateurs Neuf Cegetel (via sa filiale LD Collectivités) et Numéricâble aurait les faveurs du président du Conseil Général, Patrick Devedjian. Le choix définitif ne sera cependant annoncé que le 21 décembre.

Cette décision positive pour les habitants, fait grincer les dents de la concurrence. Le Conseil Général aurait beau garantir l’accès aux fibres posées aux opérateurs concurrents, cela ne suffirait pas à les satisfaire. L’opérateur britannique Colt, par exemple, a réagi, en menaçant d’attaquer la décision du conseil général devant la justice européenne.

« Nous attaquerons ce projet devant la Commission européenne, car le réseau des Hauts-de-Seine sera financé par l’argent du contribuable [NDR : à hauteur de 59 millions d’euros] sans objectif de retour sur investissement. Nous ne sommes pas contre la concurrence, si les autres opérateurs ont les mêmes contraintes que nous », a déclaré Emmanuel Tricaud, directeur des affaires règlementaires chez Colt. « France Télécom, Neuf Cegetel ou Free sont prêts à investir, le développement du très haut débit dans les Hauts-de-Seine est donc assuré. La subvention publique ne se justifie donc pas. L’argent public va même créer une fracture numérique en étant investit dans une zone dense et riche. »