Accueil » Actualité » La fin du piratage avec Palladium ?

La fin du piratage avec Palladium ?

Image 1 : La fin du piratage avec Palladium ?Lors d’une interview au site Game Industry Nolan Bushnell, le fondateur d’Atari a affirmé que le piratage des jeux PC serait bientôt un souvenir grâce l’utilisation d’authentifications matérielles.

L’utilisation d’une puce TPM pour enrayer le piratage

Le TPM (Trusted Platform Module) est issu des spécifications du Trusted Computing Group (qui regroupe des marques comme AMD, Hewlett-Packard, IBM, Intel, et Microsoft). C’est une puce générant une clef unique qui peut être utilisée pour crypter n’importe quoi, elle est par exemple utilisée par Seagate pour crypter entièrement certains de leurs modèles de disques durs (les modèles Momentus FDE.2 pour portables).
Dans le cas des jeux, on peut imaginer que chaque jeu sera lié définitivement au PC ou il à été enregistré pour la première fois, la vérification étant faite par un organisme tiers.

Un arrière-gout de Palladium ?

Cette méthode se rapproche de la très décriée initiative Palladium, depuis rebaptisée NGSC (pour Next-Generation Secure Computing Base). En effet, le TPM est au cœur du système de Palladium et l’utilisation qui en est ici proposée est exactement dans l’optique du NGSC. De plus, les puces TPM sont déjà présentes sur un certain nombre d’ordinateurs portables (elles sont utilisées par les lecteurs d’empreintes digitales par exemple).

La technique évoquée par Nolan Bushnell est donc parfaitement crédible, mais elle soulève des interrogations : que se passera-t-il en cas de défaillance technique ou de changement de la carte mère ? On espère surtout que ce système ne gênera pas plus les utilisateurs honnêtes que les pirates, ce qui a malheureusement été le cas de tous les systèmes de protection essayé jusqu’à maintenant…

  • Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Palladium