Accueil » Actualité » La guerre d’Anonymous fait des dommages collatéraux

La guerre d’Anonymous fait des dommages collatéraux

Image 1 : La guerre d'Anonymous fait des dommages collatérauxAnonymous

Un employé de Twitter a affirmé au site Daily Dot que de nombreux comptes Twitter visés par Anonymous dans leur guerre contre l’État islamique n’avaient rien à voir avec le groupe terroriste et ont seulement fait l’objet d’attaques parce qu’ils avaient du contenu en arabe ou qu’ils mentionnaient un compte ISIS, sans pour autant prendre en compte le contexte du Tweet. Les divers groupes d’Anonymous semblent être conscients du problème et des messages demandent aux activistes de faire attention avant de se lancer contre un compte Twitter. Vendredi dernier, Anonymous revendiquait la fermeture de 20 000 comptes utilisés par l’État islamique. On estime qu’ils en avaient environ 40 000 au début de cette année.

Pour rappel, Anonymous a déclaré la guerre à l’État islamique sous la forme de l’opération #OpISIS qui consiste à limiter la présence du groupe terroriste en ligne. Cela passe par les attaques classiques contre les sites de sympathisants et la dénonciation de comptes Twitter dans le but qu’ils soient fermés par le site de microblogging. Or, l’opération est devenue tellement populaire que beaucoup d’Internautes y participent, sans pour autant avoir les connaissances ou l’expérience nécessaire pour faire la différence entre un message promouvant Daesh d’un message le ridiculisant ou le condamnant. Dans le cas de Twitter, c’est la société qui doit décider si un compte est mis hors ligne ou pas. Parmi la liste publiée par Anonymous vendredi dernier de comptes Twitter suspectés d’être utilisés par ISIS ou ses partenaires, la plupart ont déjà été effacés par la compagnie ce qui semble tout de même indiquer que les pirates ont vu juste dans de nombreux cas. Il faut aussi reconnaître qu’il n’est pas toujours possible de distinguer une dénonciation d’une personne appartenant à Anonymous d’une personne simplement xénophobe qui n’appartient pas au groupe. S’il est difficile de mesurer avec précision l’impact de #OpISIS, cela a tout de même eu le mérite de concentrer les réactions à l’encontre du groupe terroriste après les attaques de Paris et d’avoir limité une partie de sa présence en ligne comme en témoigne son manque de réponse concrète face aux récents évènements (cf. « Anonymous attaque, l’État islamique répond »).