Accueil » Actualité » La Machine de HP ne dépend plus des memristors

La Machine de HP ne dépend plus des memristors

Image 1 : La Machine de HP ne dépend plus des memristorsHP présente La Machine

Le New York Times a rapporté la semaine dernière que HP avait complètement revu le concept de « La Machine » pour se distancer des memristors qui sont très loin d’être commercialisés. Pour mémoire, HP a présenté un concept en provenance de ses laboratoires appelé La Machine qui utilisait une architecture reposant principalement sur des memristors, des CPU aux cores très spécialisés et des interconnexions optiques (cf. « En 2020, l’ordinateur sera très différent de celui d’aujourd’hui »). Ce système serait dédié au cloud et à l’Internet des Objets. Il était censé utiliser des memristors et une architecture ayant pour but étant de procéder à des analyses simples sur une vaste quantité de données.

Les memristors sont encore loin

Un memristor est le quatrième composant électrique passif qui joue le rôle de résistance, mais qui a la particularité de pouvoir passer d’une résistance forte à une résistance faible en fonction de la tension appliquée, ce qui en fait aussi une mémoire non volatile (cf. « HP prouve l’existence des Memristors »). L’an dernier, HP affirmait qu’il pensait pouvoir livrer un ordinateur à memristor d’ici 10 ans. Cette semaine, Martin Fink, Directeur technologique de HP, a rapporté au New York Times que sa compagnie avait trop associé La Machine avec les memristors et qu’il fallait corriger cette image. L’idée d’un système informatique reposant sur un système de mémoire est toujours à l’étude, mais les memristors semblent nettement plus loin que ce que nous pensions jusqu’à maintenant. HP avoue qu’il n’a aucune idée de quand il pourra en fabriquer en grande quantité.

La Machine sera impressionnante, mais moins révolutionnaire

La première version de La Machine devrait utiliser des modules de DRAM classiques, lorsqu’elle sera montrée l’année prochaine. Elle serait équipée de 320 To de mémoire, ce qui serait impressionnant. Enfin, au lieu d’utiliser un système d’exploitation personnalisé, comme cela était initialement prévu, elle utilisera un noyau Linux.