Accueil » Actualité » La PlayStation 3 amputée de la PS2 en Europe

La PlayStation 3 amputée de la PS2 en Europe

Image 1 : La PlayStation 3 amputée de la PS2 en Europe
Un communiqué de presse de Sony Europe nous informe que la PlayStation 3 européenne sera différente au niveau matériel de la version japonaise.

La rétro-compatibilité modifiée

La PlayStation 3 européenne utilisera une émulation logicielle pour la compatibilité avec les jeux PlayStation 2, alors que la console japonaise intègre une PlayStation 2 au niveau matériel. C’est intéressant pour Sony, au lieu de devoir intégrer de la mémoire et un processeur spécifique pour la compatibilité, la société installe juste un logiciel en plus dans le firmware de la console. Par contre, pour les joueurs, c’est une mauvaise nouvelle : une émulation logicielle est perfectible par nature (on le voit bien avec la Xbox 360). De plus, la PlayStation 3 japonaise a déjà des problèmes avec les jeux PlayStation 2 (en intégrant une console complète, donc) alors on peut craindre le pire ici. Sur la version japonaise, 2% des jeux posent des problèmes de son, la seule partie réellement émulée.

La rétro-compatibilité est les consoles NextGen

Le problème de la compatibilité est bien là : avec la généralisation des consoles de jeux, les utilisateurs veulent réutiliser les jeux qu’ils possèdent déjà. Mais du côté des constructeurs, c’est un gros problème. Nintendo est spécialiste de la rétro-compatibilité (La Nintendo DS accepte les jeux GBA, la Wii accepte les jeux Game Cube) mais essentiellement parce que les consoles sont proches au niveau matériel. Microsoft et Sony, en changeant radicalement d’architecture, ne peuvent pas travailler de cette façon. Microsoft a choisi une compatibilité software entre la Xbox 360 et la Xbox. Une méthode décriée, car le nombre de jeux compatibles est relativement faible. Sony avait choisi d’intégrer une PlayStation 2 (le CPU, le chip graphique et la mémoire) dans la PlayStation 3, mais semble avoir changé d’avis. En pratique, on risque bien d’avoir une PlayStation 3 japonaise plus douée que la version européenne en rétro-compatibilité.

La question du prix

Ce qu’il est intéressant de constater, c’est que la console devrait donc coûter moins cher à Sony. Pourtant, le prix annoncé reste le même, 599 €. On a donc une console plus chère, mais moins efficace sur certains points que ses homologues japonaises ou américaines. Consolons-nous en pensant aux Africains et aux Australiens, qui vont recevoir les mêmes consoles que nous.