Accueil » Actualité » La PlayStation a 20 ans

La PlayStation a 20 ans

Image 1 : La PlayStation a 20 ansLes prototypes de PlayStation. Le modèle en haut de la pile est celui qui a été venduLe 3 décembre 1994, la PlayStation apparaissait sur le marché japonais. Elle sortit en Europe et en Amérique au mois de septembre 1995. Elle s’est vendue à plus de 100 millions d’exemplaires dans le monde, elle fut révisée en 2000 sous la forme de la PSOne et son jeu le plus vendu fut Gran Turismo qui s’est écoulé à plus de 10 millions d’exemplaires. Alors que le marché était dominé par Nintendo et Sega, Sony a réussi là où beaucoup avant lui ont échoué en sortant un produit qui a transformé le marché du jeu vidéo (cf. « 20 consoles qui ont fait un bide »).

La console qui a été commercialisée utilisait un processeur MIPS R3000A cadencé à 33,9 MHz et les parties étaient sauvées sur des cartes mémoires propriétaires. Ce n’était pas la première console à utiliser un CD-ROM, mais elle fait partie de celles qui ont popularisé ce support. La PlayStation est un projet qui a débuté en 1986 après la signature d’un partenariat entre Sony et Nintendo. Ce dernier travaillait depuis longtemps sur une console à CD-ROM et il a tenté d’utiliser les travaux de Sony et Philips sur le standard CD-ROM XA qui s’annonçait très prometteur parce que les données pouvaient être stockées pendant longtemps et le support disposait d’un dispositif de protection contre les copies.

Quand un projet de Nintendo devient son pire ennemi

La console est néanmoins née dans la douleur et les conflits internes. Nintendo a d’abord demandé à Sony de sortir un lecteur de CD-ROM pour sa Super Nintendo, mais les relations entre les deux sociétés ont vite tournées au vinaigre lorsque Nintendo, qui n’était pas satisfait des termes du contrat parce que Sony gardait le contrôle des titres développés pour son lecteur de CD-ROM, a passé un accord secret avec Philips qu’il a révélé au CES de 1991. Au même moment, Ken Kutagari, le père de la PlayStation, travaillait secrètement avec Nintendo sur le développement d’un processeur pour console alors qu’il était employé par Sony qui a finalement découvert l’affaire. La firme a décidé de garder M. Kutagari et sa puce et de profiter de la trahison de Nintendo avec Philips pour sortir sa propre console.

Nintendo a très mal pris la nouvelle d’une console fabriquée par Sony et il a intenté plusieurs procès à l’encontre de son ancien partenaire. Les premières décisions étaient clairement en faveur de Sony, mais ce dernier décida de passer un accord avec Nintendo portant sur la « Play Station » (il y avait un espace à l’époque entre les deux mots). Elle utiliserait un port pour accueillir les cartouches Super Nintendo et Nintendo, qui garderait les droits des jeux développés sur cette console, continuerait d’utiliser la puce audio de Sony dans sa console. Néanmoins, Sony décida de revoir son projet en 1993. Il abandonna le port Super Nintendo au profit du lecteur de CD-ROM et renomma la console PlayStation. Ses composants changèrent aussi pour donner une priorité à la 3D. Elle fut commercialisée un an plus tard et fut extrêmement bien reçue en raison d’un catalogue solide et d’excellentes performances. Elle a tout de même souffert de quelques défauts de fabrication qui ont affecté les premières unités mises sur le marché.