Accueil » Actualité » La PlayStation prend de plus en plus d’ampleur chez Sony

La PlayStation prend de plus en plus d’ampleur chez Sony

Image 1 : La PlayStation prend de plus en plus d'ampleur chez SonyKzuo Hirai

Sony vient de publier ses résultats financiers pour son deuxième trimestre budgétaire qui s’est terminé le 30 septembre 2015. Son chiffre d’affaires stagne à –0,46 % comparativement à la même période l’année dernière pour atteindre 14,3 milliards d’euros. La grande nouvelle est qu’il ne perd plus d’argent, contrairement à 2014, puisqu’il accuse d’un bénéfice de 253 millions d’euros. Ce retour au vert est en partie porté par les très bons résultats de la PlayStation 4.

L’effet PlayStation

Le Japonais annonce qu’il a vendu 3,3 millions d’unités de sa dernière console durant le trimestre en question, ce qui amène le total à 29,3 millions de PlayStation 4 vendues. C’est une croissance plus rapide que celle de la PlayStation 2 qui détenait les records jusqu’à maintenant et cela devrait se traduire par un million de PS4 vendue en plus que prévu en 2015. La division jeu et service réseau a crû de 16,5 % par rapport à la même période en 2014. Il faut aussi souligner que cette division représentait 16,28 % du chiffre d’affaires trimestriel global alors qu’elle compte maintenant pour 19,06 % et qu’elle est devenue la division qui rapporte le plus de chiffres d’affaires.

Une restructuration réussie, mais qu’il faudrait continuer

Le visage de Sony change et la restructuration menée par son P.D.G, Kazuo Hirai, porte ses fruits. La firme se sépare des activités qu’elle ne maîtrise plus comme les PC (cf. « Sony abandonne ses VAIO et supprime 5000 postes ») ou sa division audio-video pour se concentrer sur ses activités rentables. Cela lui a permis de sortir du gouffre que l’entreprise avait creusé (cf. « Sony a de très mauvais résultats »). Ce genre de mouvements interne est loin d’être évident (cf. « La baisse des Blu-ray et la fin des VAIO fait mal à Sony »), mais la firme semble avoir très bien géré la situation. Elle avait promis un retour à la rentabilité en 2015 (cf. « Sony va perdre de l’argent jusqu’en 2015 ») et le pari semble réussi.

On s’étonne donc que la firme continue de garder sa division mobile, le dernier bastion de la mentalité obsolète qui a tiré la firme vers le bas. Le chiffre d’affaires de ce département a baissé de 15,2 %, et il continue de faire perdre de l’argent à Sony. Un des hauts responsables de la division a expliqué durant l’été que la firme comptait sur l’Internet des objets pour renverser la tendance et que Sony n’abandonnerait jamais cette activité. Vu le manque de popularité de son catalogue sur ce marché, on se demande toute de même vraiment pourquoi.