Accueil » Actualité » La première puce en graphène reçoit un message

La première puce en graphène reçoit un message

Image 1 : La première puce en graphène reçoit un messageLa recepteur radio, le transistor en graphène (GFET) est en violet

IBM vient de publier un papier dans la revue Nature Communications affirmant que pour la première fois au monde un récepteur radio en graphène a reçu un message. C’est un pas important vers la démocratisation des puces utilisant ce matériau (cf. « Futur : la course aux transistors en graphène »).

Simplifier le processus de fabrication

Pour arriver à ses fins, IBM a d’abord gravé le wafer en silicium qui utilise des résistances et condensateurs classiques. Il a ensuite apposé le transistor en graphène servant à recevoir les informations de la chaîne radio afin qu’ils ne soient pas soumis aux processus chimiques difficiles qui sont nécessaires lors de la fabrication de ce genre de pièce. IBM utilise des machines qui sont déjà présentes dans les fonderies et ce nouveau processus de fabrication simplifie les choses. Auparavant, le transistor en graphène était placé avant les autres éléments, mais comme il est plus fragile, les rendements étaient faibles. En fabriquant les composants passifs avant, on s’assure un bien meilleur rendement.

Depuis quelques années, IBM continue d’avancer à grands pas dans ses recherches sur le graphène. En 2011 il annonçait le premier die en graphène. En 2012 il se penchait sur son fonctionnement (cf. « IBM se penche sur les molécules pour comprendre le graphène »). Aujourd’hui, nous avons une puce fonctionnelle qui serait 10 000 fois plus performante que les anciens prototypes. Elle est compatible avec un signal de 4,3 GHz. En théorie, le graphène pourrait fonctionner avec des bandes de fréquences de 500 GHz.