Accueil » Actualité » La Russie veut son propre système d’exploitation mobile

La Russie veut son propre système d’exploitation mobile

Image 1 : La Russie veut son propre système d'exploitation mobileLe smartphone Jolla

Qu’il s’appelle Android, iOS, Windows Phone, les systèmes d’exploitation des smartphones ont un point commun : ils viennent des États-Unis et sont donc soumis aux lois américaines voire aux agences de renseignements américaines. Et bien que la guerre froide soit officiellement terminée, cette dépendance technologique n’est pas du goût des autorités russes. La Russie entend donc se doter d’un système d’exploitation concurrent, sur lequel elle aurait la main.

Mais le patriotisme technologique a ses limites et les autorités russes sont bien conscientes de la difficulté de développer un OS mobile à partir de zéro. Plutôt que de faire cavalier seul, elles ont donc choisi de former un partenariat avec Jolla, l’entreprise fondée par des anciens de Nokia qui a donné naissance à Sailfish OS. Mais ce n’est pas tout. Le ministre des Télécommunications russe, Nikolay Nikiforov, a rencontré la semaine dernière les dirigeants de Sailfish Holding (basée à Hong Kong) pour discuter de l’utiliser de leur base de code et de la création d’un consortium international regroupant les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

Sailfish a l’intérêt d’être en partie open source. L’OS est basé sur un noyau Linux et utilise des bibliothèques Android ce qui lui permet d’exécuter des applications Android. Toutefois, toutes les applications développées par Sailfish ainsi que l’interface sont propriétaires.

Le lancement du système d’exploitation russe n’est pas encore planifié, mais le ministère s’est fixé l’objectif de réduire la part de marché des OS étrangers à 50 % en 2025 alors qu’ils représentent 95 % des ventes aujourd’hui.