Accueil » Actualité » La virtualisation est écologique

La virtualisation est écologique

L’agence américaine de protection de l’environnement conseille aux entreprises l’utilisation de la virtualisation afin d’économiser de l’énergie. La virtualisation des serveurs de données permet de faire des économies sur plusieurs domaines et économiser des ressources.

Le coût d’un serveur est énorme et pas forcément optimisé

La firme d’analyse Gartner, parle tout d’abord d’économie de machine. Cela évite d’avoir à faire appel à d’autres machines et estime que la virtualisation a permis de réduire le marché des serveurs x86 de 4 %. On économise aussi en ressource de stockage en optimisant leur utilisation.

Au final, l’agence tire la sonnette d’alarme alors que les serveurs de données représentent 61 milliards de kilowatts heure en 2006, aux États-Unis, et que cela devrait doubler en 2011. On s’attend à ce que de plus en plus de compagnies se tournent vers ce genre de solution. Il est clair qu’elles devront tacler la complexité de ce type de système, mais devraient aussi recevoir des aides de différentes agences.

La virtualisation c’est quoi ?

Il s’agit de pouvoir faire fonctionner sur une seule machine, plusieurs systèmes d’exploitation. Le problème est que ce dernier est en charge de gérer les ressources matérielles de l’ordinateur (CPU, mémoire vive, périphériques, etc). Les éventuelles applications n’ont aucun lien direct avec le matériel, elles passent toutes par l’intermédiaire de l’OS. De par sa conception, un système d’exploitation s’attend donc à avoir seul la gestion de toutes les ressources matérielles de l’ordinateur et à pouvoir dialoguer directement avec le CPU. Pour parer à cela, les logiciels de virtualisation simulent autant de « machines virtuelles » que d’OS. Chaque OS ne voit alors que sa propre machine virtuelle et fonctionne sans souci.

Pour en savoir plus : le point sur la virtualisation