Accueil » Dossier » LaCie Little Big Disk Thunderbolt SSD 240 Go

LaCie Little Big Disk Thunderbolt SSD 240 Go

1 : Introduction 2 : Thunderbolt : un rêve technolgique 3 : Le Little Big Disk Thunderbolt 5 : Fiabilité face aux interférences 6 : Le Little Big Disk sous Mac OS X 7 : Sous Windows 8 : Conclusion

Démontage

Image 1 : LaCie Little Big Disk Thunderbolt SSD 240 GoNous n’avons bien entendu pas pu résister à l’envie d’examiner les entrailles de Little Big Disk Thunderbolt. L’ouverture – qui annule la garantie – est très aisée. Après avoir enlevé le pied et les coques avant et arrière, on peut sortir le bloc réunissant le PCB et les SSD.

On voit tout de suite que le PCB et les SSD sont en contact avec une épaisse plaque d’aluminium, qui touche elle-même le boîtier. Voilà qui doit garantir une bonne conduction de la chaleur vers l’extérieur. Les deux SSD ne révèlent aucune surprise : ce sont des Intel 320 Series 120 Go. Le PCB est plus intéressant.

Image 2 : LaCie Little Big Disk Thunderbolt SSD 240 GoImage 3 : LaCie Little Big Disk Thunderbolt SSD 240 Go

La plus grosse puce est le contrôleur Intel Thunderbolt. Cette puce est la seule à faire contact avec la plaque d’aluminium médiane, signe que c’est celle qui nécessite le plus fort refroidissement. On trouve à ses côtés un parterre de puces Parade : des multiplexeurs/démultiplexeurs des signaux vidéos DisplayPort et HDMI également transportés sur le câble DisplayPort en plus des signaux PCI-Express. Grâce à elle on peut connecter un écran supplémentaire sur le Little Big Disk Thunderbolt. Ces multiples puces expliquent en partie le coût élevé des produits Thunderbolt.

Image 4 : LaCie Little Big Disk Thunderbolt SSD 240 Go  

La dernière puce intéressante est le contrôleur SATA. Il s’agit d’un Marvell 9182SE, un contrôleur SATA 6 Gbit/s deux ports. Et pourtant les deux ports SATA internes sont SATA 3 Gbit/ seulement. Un tel bridage peut sembler curieux : avec des ports SATA 6 Gbit/s et des SSD suffisamment rapides, LaCie aurait pu sortir un produit atteignant 1 Go/s de débit. Au lieu de ça, le Little Big Disk Thunderbolt ne dépasse pas 480 Mo/s en lecture avec deux SSD, une vitesse qu’on peut dépasser avec un seul SSD 6 Gbit/s.

L’explication fournie par LaCie est que le fonctionnement n’était pas stable en SATA 6 Gbit/s, tout simplement. On peut espérer que le constructeur lance une future version corrigée de son Little Big Disk tirant pleinement parti du potentiel de l’interface.

La plus grosse absence que l’on note est celle d’un puce RAID. Hé oui : le Little Big Disk Thunderbolt s’appuie sur une gestion entièrement logicielle du RAID. Cette solution a ses avantages : il est très facile de configurer la grappe RAID directement dans l’OS (via l’utilitaire de disque d’OS X) sans redémarrage ni logiciel tiers à installer. Le RAID logiciel préserve également la compatibilité avec la commande TRIM (le TRIM n’est toutefois activé que sur les SSD Apple). En contrepartie, le RAID logiciel met donc à l’épreuve la puissance du CPU. Nos tests effectués sur un iMac 27″ équipé d’un Core i7 2600 ont montré un taux d’occupation allant jusqu’à 10 % en écriture. Sur une machine moins puissante comme un MacBook Air, l’utilisation du RAID Thunderbolt se fera encore plus sentir.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Thunderbolt : un rêve technolgique
  3. Le Little Big Disk Thunderbolt
  4. Démontage
  5. Fiabilité face aux interférences
  6. Le Little Big Disk sous Mac OS X
  7. Sous Windows
  8. Conclusion