Accueil » Actualité » L’AdS : un bug ajouté exprès dans une puce

L’AdS : un bug ajouté exprès dans une puce

Image 1 : L'AdS : un bug ajouté exprès dans une puce

Aujourd’hui, une AdS (Anecdote du Samedi) pour les nostalgeeks. En 1981, à la sortie du premier PC, IBM a utilisé une puce de chez National Semiconductor Corporation, l’UART 8250. Ce contrôleur pour port série, très utilisé à l’époque, souffrait de quelques petits bugs connus, ce qui a obligé IBM à corriger ces derniers directement dans le BIOS des PC XT de l’époque. Petit problème, quand National Semiconductor Corporation a sorti une version corrigée du 8250, le 8250A, la puce n’a plus été utilisable dans les PC XT (mais bien dans les PC AT, la génération suivante). En effet, la société avait corrigé un des bugs que le BIOS attendait et donc le contrôleur corrigé introduisait de nouveaux bugs — problématiques — dans les machines. Et la solution de l’époque a été simple : comme les BIOS n’étaient pas flashables par l’utilisateur, National Semiconductor Corporation a sorti une troisième version de la puce, le 8250B, en réintégrant un des bugs attendus par le BIOS des PC XT. Cette version « buggée » était réservée au PC XT et les autres machines de l’époque pouvaient utiliser la version A sans problèmes.

Comme on le voit, les bugs ne sont pas toujours où on le croit…