Accueil » Dossier » L’affaire OCZ Vertex 2 25nm

L’affaire OCZ Vertex 2 25nm

1 : Introduction 2 : Une capacité diminuée 3 : Une baisse des performances bien réelle 4 : Configuration du test 5 : Performances E/S 6 : Streaming (IOMeter) 7 : Streaming (CrystalDiskMark) 8 : Lecture aléatoire de fichiers 4 et 512 Ko 9 : Ecriture aléatoire de fichiers 4 et 512 Ko 10 : PCMark Vantage

Conclusion

Image 1 : L'affaire OCZ Vertex 2 25nmLe principal reproche que l’on puisse faire à OCZ tient à l’absence de communication en amont, surtout quand on voit que les changements ont entrainé une baisse des capacités et des performances dans certains cas (peu importe le fait qu’ils soient représentatifs ou pas). Si cette nouvelle génération avait bénéficié de capacités et performances en hausse tout en gardant la même référence, il nous semble clair que la marque l’aurait annoncé en grande pompe. Vu que les changements entre les deux générations de Vertex 2 peuvent être pénalisants, OCZ se devait d’être clair dès le début ou encore d’opter pour un changement la référence.

Le problème de la capacité va au-delà de ce que l’on pourrait penser au premier abord. Vu le prix des SSD, chaque gigaoctet compte énormément (a fortiori lorsqu’il s’agit d’y mettre Windows 7). L’arrivée des SSD 25 nm s’est accompagnée d’une baisse des prix suffisamment conséquente pour les rendre plus attractifs en termes de prix par Go que les versions 34 nm. Ceci dit, OCZ devrait systématiquement rapporter la capacité réelle de ses produits selon les critères de l’IDEMA (International Disk Drive Equipment and Materials Association).

Le fait est que nous ne sommes pas les premiers à faire cette suggestion. De son côté, OCZ insiste sur le fait qu’elle n’a pas changé ses références du fait des revendeurs, explication qui peut avoir un certain sens : SandForce compte beaucoup de partenaires, ce qui a pour effet de multiplier les références. Si le changement de références semble idéal pour refléter les nouvelles capacités de 115 et 55 Go, beaucoup d’acteurs sont frileux à l’idée d’avoir différents suffixes pour désigner telle génération de NAND Flash par peur d’ajouter à la confusion.

On surveillera donc d’autant plus ce que fera Corsair, sachant que la marque a d’ores et déjà annoncé qu’elle baptiserait sa nouvelle génération de SSD 25 nm de manière à prendre en compte les capacités réelles conformément aux critères de l’IDEMA. Ainsi, les SSD précédemment labélisés 120 Go deviendront des modèles 115 Go sachant que le suffixe –A permettra de distinguer ceux qui sont équipés de NAND Flash 25 nm. Est-ce qu’OCZ suivra une fois que les nouveaux SSD de Corsair seront disponibles ?

Quoi qu’il en soit, les revendeurs seraient eux aussi bien inspirés de nous proposer des produits en précisant leur capacité réelle et non pas des valeurs psychologiques comme 120 et 60 Go par exemple.

Nous sommes moins inquiets au sujet des performances que des capacités parce que dans le second cas, les 4 à 5 Go sont irrécupérables. Le problème des performances étant maintenant avéré et compris (tout du moins on l’espère), OCZ peut et doit maintenant y répondre. Comme on a pu le voir, les Vertex 2 25 nm sont capables de rivaliser avec la précédente génération dans des tests révélateurs d’une utilisation quotidienne. L’écriture/lecture des fichiers 4 Ko est le point faible de ces nouveaux SSD et il nous semble avoir très bien compris pourquoi. OCZ planche sur un nouveau firmware, lequel devrait apporter des optimisations au niveau ECC de manière à ce que la charge exercée sur le contrôleur diminue. Espérons que toutes les marques qui associent des contrôleurs SandForce à des puces de mémoire Flash 25 nm trouveront rapidement le moyen d’amener leurs nouveaux SSD au niveau de la précédente génération, et ce dans tous les domaines.

Tous ceux qui ont acheté des Vertex 2 25 nm au prix fort courant janvier peuvent désormais bénéficier d’une procédure d’échange gratuite. OCZ a donc clairement commis une erreur qui a fini sur la place publique, mais il faut leur reconnaitre le mérite de vouloir régler la situation en allant dans le sens du client.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Une capacité diminuée
  3. Une baisse des performances bien réelle
  4. Configuration du test
  5. Performances E/S
  6. Streaming (IOMeter)
  7. Streaming (CrystalDiskMark)
  8. Lecture aléatoire de fichiers 4 et 512 Ko
  9. Ecriture aléatoire de fichiers 4 et 512 Ko
  10. PCMark Vantage
  11. Conclusion