Accueil » Actualité » L’année de la recherche pour Samsung

L’année de la recherche pour Samsung

Image 1 : L'année de la recherche pour SamsungSamsung vient d’annoncer qu’il était en pourparler avec le gouvernement chinois pour la création d’une nouvelle usine de NAND et qu’il investirait une grande partie de son cash dans la recherche et le développement. Le timing de cette annonce n’est pas anodin et s’explique par deux raisons.

Samsung profite du succès de l’iPad pour redorer son blason

Tout d’abord, la firme tente de redorer son blason après avoir été condamnée pour fixation des prix et entrave à la justice. La marque montre qu’elle peut innover sans avoir recours à des pratiques illégales au détriment du consommateur et l’iPad 3 est probablement un de ses meilleurs arguments, ce qui explique la présence de Samsung Mobile Display et Samsung Electronics, entre autres, à la table des discussions avec le gouvernement coréen, selon un rapport de Tech Eye. En effet, Samsung est le seul à pouvoir aujourd’hui produire l’écran Retina et il continue de fabriquer les SoC qui intègrent les produits iOS (pour une présentation de l’A5X du nouvel iPad, voir « CPU et GPU : priorité à l’image »).

Il serait naïf de penser que Samsung ne met en avant que l’iPad 3. Il surfe aussi sur les bonnes performances de sa division mobile et le succès de ses terminaux Galaxy (cf. « Samsung Galaxy Tab 10.1 : la tablette idéale ? »). Néanmoins, au regard de l’actualité de ces derniers jours, il est indéniable que le succès de l’iPad est aussi le succès de Samsung, ce qui est paradoxal pour le grand public qui voit Apple et le Coréen se battre violemment à coup de procès (cf. « Samsung vs Apple : pas d’injonction, mais forte présomption de culpabilité »).

Image 2 : L'année de la recherche pour SamsungPriorité à la recherche et au développement, pas aux dividendes

La deuxième raison qui a probablement poussé Samsung à parler publiquement de ce qu’il va faire avec son cash est liée aux annonces de Tim Cook la semaine dernière sur la gestion du cash d’Apple et le paiement de dividendes (cf. « [Apple, que vas-tu faire de tes 100 milliards de dollars ? »). En effet, Samsung paye des dividendes à ses actionnaires depuis de nombreuses années, mais leur rendement (montant des dividendes par action divisé par le prix moyen de l’action et multiplié par 100 ) est extrêmement bas. Il est de 0,47 % pour Samsung, alors qu’il est de 1,8 % pour Apple qui n’est pas particulièrement généreux lui-même. En effet, Microsoft offre un rendement de 2,42 % et AT&T (opérateur américain) propose un rendement de 5,61 %, selon les calculs du Wall Street Journal. La moyenne de l’index S&P 500 est de 2,2 %. Comparativement, une chaine de restaurant tel que Cracker Barrel qui réalise 300 fois moins de bénéfices qu’Apple, offre un rendement de 1,8 %.

Le rendement du dividende permet d’avoir une idée du retour perçu par les actionnaires sur leur investissement. S’il est bas, cela indique parfois que la firme pense que son action va grimper. La hausse du prix de l’action compense ainsi un faible rendement.  La question que les marchés posent donc à Samsung consiste à savoir s’il a une bonne raison pour son manque de générosité qui avoisine celui d’Oracle (0,81 %), malgré ses bons résultats (cf. « Les entreprises high-tech qui cartonnent »). La réponse est qu’il va donner la priorité aux grands investissements en recherche et développement et la création d’une nouvelle usine de NAND en Chine. Ce serait la deuxième fonderie de Samsung dans l’Empire du Milieu. Personne ne parle pour l’instant des conditions de travail ou des droits des employés qui seront embauchés si elle est construite (cf. « Du mythe des employés Foxconn torturés »).