Accueil » Actualité » L’antiquité de l’informatique à Toulouse

L’antiquité de l’informatique à Toulouse

Vieumikro est un événement annuel qui regroupe à Toulouse quelques nostalgiques des débuts de l’informatique grand public. Pour la 8ème édition, le week-end dernier, les machines de la décennie 1984/1994 étaient à l’honneur. L’occasion de rappeler que le Macintosh 512, le Tatung Einstein 256 ou encore l’EXL 100 ont eu leurs adeptes. L’événement est organisé par l’association Silicium, qui a pour ambition de récupérer le matériel informatique obsolète. C’est un millier de machines qui sont aujourd’hui conservés.

René Spéranza, informaticien et président de l’association explique le cheminement de l’association« Silicium est passée à un nouveau stade en organisant la convention Vieumikro, une manifestation unique en son genre, qui rassemble des collectionneurs et amateurs de vieux ordis et vieilles consoles. Tous ces ordinateurs sont représentatifs d’une époque, certes proche, mais vite oubliée. Nous sommes donc en plein dans le concept de patrimoine. » A terme, les objectifs de l’association Silicium sont autres : «Notre ambition est d’ailleurs d’ouvrir un véritable musée de la micro-informatique et du jeu vidéo, à l’image de ce qui se fait aux Etats-Unis, et dont le concept n’existe toujours pas en Europe.»

Plus que la simple démarche de collectionneur de vieux souvenirs, les accros des vieux Commodore et autre Amstrad participent selon Jean-Baptiste Clais, thésard sur le thème de la conservation du patrimoine électronique, à « légitimer l’entrée de la modernité dans le patrimoine français. » Il est à noter qu’il existe en France cinq associations telles que Vieumikro. Jean-Baptiste Clais commente : «le rétro-gaming, et la rétro-informatique participent à ce mouvement, qui s’organise autour de l’identité, de la mémoire et du patrimoine. A travers les premiers jeux vidéo, la génération Goldorak revit son enfance. Même expression de nostalgie chez ces collectionneurs qui ressortent leurs vieux ordinateurs pour les faire marcher.»

Au fait, existe t il un musée de l’ordinateur ?