Accueil » Actualité » L’ARCEP autorise Bouygues à déployer la 4G en 1800 MHz à partir d’octobre

L’ARCEP autorise Bouygues à déployer la 4G en 1800 MHz à partir d’octobre

Bouygues Telecom est le seul des trois opérateurs mobiles à ne pas avoir encore ouvert un réseau 4G, mais cela sera sans doute très bientôt le cas. L’opérateur a reçu hier l’autorisation de l’ARCEP de réutiliser ses fréquences dans la bande des 1800 MHz pour la 4G (du refarming dans le jargon des opérateurs) à partir du premier octobre 2013. Bouygues Telecom est le premier opérateur à obtenir cette permission. BT pourrait donc rattraper très rapidement son retard : plutôt que de devoir installer de nouvelles antennes émettant sur 800 MHz ou 2600 MHz comme Orange et SFR, BT n’aura qu’à modifier ses antennes 2G pour qu’elles émettent en 4G.

La décision de l’ARCEP est un gros de pouce donné au troisième opérateur français, mis en difficultés par l’arrivée de Free Mobile (BT a réalisé sa première perte depuis dix ans en 2012 et va supprimé plus de 500 postes). Elle s’inscrit aussi dans le cadre du « rééquilibrage de l’accès au spectre » souhaité par l’ARCEP.

En échange du droit d’activer la 4G sur ses fréquences 1800 MHz, BT devra rétrocéder une partie de ses fréquences. BT possède aujourd’hui une licence pour 26,6 MHz duplex sur la bande des 1800 MHz (dans les zones les plus denses, mais 21,6 MHz en dehors), ce qui est plus qu’Orange ou SFR (23,8 MHz chacun). Au 1er octobre, Bouygues Telecom devra avoir cédé 2,8 MHz, pour redescendre au même niveau que ses concurrents. À l’horizon 2016, l’ARCEP souhaite que chacun des opérateurs mobiles historiques n’ait plus que 20 MHz dans la bande des 1800 MHz.

Image 1 : L'ARCEP autorise Bouygues à déployer la 4G en 1800 MHz à partir d'octobre

Il resterait alors 15 MHz libres, qui pourront aller à Free Mobile. Le quatrième opérateur est en effet le seul à ne pas avoir de licence dans les 1800 MHz. Il serait donc très désavantagé par rapport à ses concurrents si ceux-ci reçoivent le droit de déployer la 4G dans cette bande. Or, l’ARCEP veut garantir « l’ exercice au bénéfice du consommateur d’une concurrence effective et loyale ».

Orange et SFR n’ont pas encore déposé une demande officielle auprès de l’ARCEP et n’ont donc pas encore obtenu l’autorisation de réutiliser leurs fréquences 1800 MHz pour la 4G. Il n’est pas sûr qu’ils le feront rapidement. Ils ont en effet misé sur les bandes 800 MHz et surtout 2600 MHz. En outre, la licence 4G en 1800 MHz ne sera pas gratuite, voulant augmenter largement son coût.