Accueil » Actualité » L’ARCEP valide le VDSL2 en distribution indirecte

L’ARCEP valide le VDSL2 en distribution indirecte

Au lancement de la technologie VDSL2, en octobre 2013, l’ARCEP avait posé quelques limitations, dont l’obligation d’utiliser une ligne en distribution directe, c’est-à-dire reliée à un NRA (Noeud de Raccordement à l’Abonné) connecté directement au réseau de l’opérateur. Mais cette limitation va disparaître : les lignes en distribution indirecte, qui ont un NRA intermédiaire, vont pouvoir être connectées en VDSL2 d’ici la fin de l’année.

Environ 15 % des lignes françaises

Le VDSL2 permet d’obtenir des débits descendants élevés, jusqu’à 100 mégabits/s dans de rares cas, tant que la ligne est courte. Plus concrètement, les lignes de moins de 1 500 m gagnent généralement en download et en upload par rapport à de l’ADSL2. Le nombre de lignes compatibles avec le VDSL2 (ce qui ne veut pas dire qu’un opérateur propose la technologie) évolue logiquement avec l’arrivée des lignes indirectes : 14,5 % des lignes françaises devraient gagner en débit avec le VDSL2.

Image 1 : L'ARCEP valide le VDSL2 en distribution indirecteLes lignes touchéesSelon l’ARCEP, il va falloir attendre l’automne pour que les nouvelles lignes soient activées : Orange (qui gère le réseau physique) a un mois pour proposer ses offres de gros et les autres FAI doivent ensuite proposer leurs offres. Orange n’a pas encore indiqué de dates pour le déploiement, mais OVH ou Free ont déjà réagi et indiquent que les lignes seront disponibles cet automne. L’outil d’éligibilité d’OVH prend d’ailleurs en compte ce changement et indique maintenant les éventuels débits en VDSL2.

Reste que dans l’absolu, le VDLS2 en France est un pis-aller : la technologie touche peu de foyers et les opérateurs l’utilisent simplement pour augmenter encore un peu plus la fracture numérique, en améliorant les débits de ceux qui ont déjà des lignes rapides. Alors que d’autres pays ont déployé un réseau VDSL2 dense (on pense à la Belgique), il est ici utilisé comme une technologie bonus et pas comme un moyen d’amener le très haut débit dans les foyers, la fibre étant préférée pour cet usage.