Accueil » Dossier » Le Bluetooth, une technologie méconnue » Page 6

Le Bluetooth, une technologie méconnue

1 : Le Bluetooth, un peu d'histoire 2 : Petite introduction 3 : Les normes et les Classe 4 : Mais comment ça marche ? 5 : Trois modes de transfert 7 : La sécurité et le jumelage 8 : Le Bluetooth et les Profiles 9 : Les Profiles audio 10 : Conclusion, le futur

La pile Bluetooth et les stacks

Le Bluetooth utilise une architecture qui prend la forme d’une pile : chaque couche dépend de la partie inférieure et tout est empilé.

La partie matérielle

Une partie de la pile est matérielle, gérée par le contrôleur lui-même. Ce dernier peut être une puce indépendante ou être intégré dans une autre puce (avec le Wi-Fi, par exemple). La couche radio est gérée par le contrôleur, et indique les fréquences et la puissance nécessaire aux périphériques. La bande de base indique les types de liaisons que le Bluetooth peut utiliser. Le contrôleur de liaison gère la connexion physique entre deux appareils et le gestionnaire de liaison doit gérer la sécurité et les liens utilisés entre les périphériques.

L’interface de contrôle (HCI) est indépendante du hardware et du software. Elle sert à faire un pont entre le logiciel et le matériel. Le protocole Bluetooth permet d’utiliser des contrôleurs sur les types de liaisons suivantes : USB (le plus courant), PC Card (rare actuellement), série RS232 (généralement dans l’industrie, comme pont), UART (rare) et SD (rare actuellement)

La partie logicielle

La couche L2CAP (Logical Link Control & Adaptation Protocol) est la partie logicielle qui permet de gérer les paquets et d’utiliser les différents profils. Les Profiles sont des fonctions logicielles implémentant une fonction particulière (gestion d’oreillette, de transfert de données, etc.). Les Profiles supportés dépendent du matériel et de la stack utilisée.

La stack

La stack est le nom donné à la partie logicielle du Bluetooth. Considérée par certains comme un pilote, il s’agit en pratique d’un peu plus que ça. La stack est un pilote mais aussi une interface logicielle qui gère les Profiles. On retrouve deux types de stack, celles intégrées à un système d’exploitation et les autres. Apple et Microsoft proposent chacun une stack Bluetooth intégrée au système (depuis le Service Pack 2 de Windows XP chez Microsoft). Autant celle d’Apple est complète (depuis Léopard) avec notamment la gestion de l’audio, autant Microsoft propose une stack limitée, se limitant en pratique aux transferts de fichiers et à la gestion des claviers et des souris. Sous Linux, la stack utilisée dépend essentiellement de la distribution.

Les stacks commerciales sont nombreuses sous Windows et les fonctions dépendent essentiellement du développeur. Les trois plus connues sont les stacks Widcomm (Broadcom), BlueSoleil et Toshiba. La première est très complète et souvent livrée avec les dongles Bluetooth. Attention, la licence est payante et les mises à jour sont donc à la discrétion du constructeur du dongle. BlueSoleil est aussi livré avec certains dongles mais il est possible d’acheter une licence pour 20 €. Souvent décriée, cette stack pose plus de problèmes de compatibilité, mais l’interface est plus intuitive que les autres. Enfin, la stack de Toshiba est très complète et légère, mais assez rare car elle nécessite un dongle Toshiba ou d’une marque qui l’utilise en OEM (certains Vaio, notamment).

Sommaire :

  1. Le Bluetooth, un peu d'histoire
  2. Petite introduction
  3. Les normes et les Classe
  4. Mais comment ça marche ?
  5. Trois modes de transfert
  6. La pile Bluetooth et les stacks
  7. La sécurité et le jumelage
  8. Le Bluetooth et les Profiles
  9. Les Profiles audio
  10. Conclusion, le futur