Accueil » Actualité » Le CrossFire toujours absent : la presse foudroie

Le CrossFire toujours absent : la presse foudroie

Alors qu’ATI avait annoncé un «hard launch» pour ses solutions CrossFire, c’est-à-dire une disponibilité immédiate de ses produits, la presse américaine s’insurge contre le constructeur canadien qui ne tient pas ses promesses. On ne trouve actuellement aucune carte graphique maîtresse CrossFire ni de cartes mères permettant de bénéficier de la technologie sensée concurrencer le SLI de NVIDIA.

La révolte

L’article le plus virulent est sur le site HardOCP qui, dans une lettre ouverte au fabricant, explique clairement que les rédacteurs ne sont pas les «prostituées commerciales» d’ATI et qu’inciter le journal à faire des annonces vaseuses et erronées afin qu’il ne perde pas des parts de marché est une pratique condamnable avec la plus grande fermeté.

The Inquirer, qui affirme tout simplement qu’ATI a mis les pieds dans le plat, avait quand même tempéré ses propos lorsque le canadien avait annoncé que les cartes seraient disponibles vendredi dernier. Nous sommes mardi et les revendeurs américains annoncent aujourd’hui une disponibilité pour le mois de novembre.

Le site qui blâme la firme avec la plus grande sobriété est PC Perspectives qui rappelle qu’il avait prédit que «ATI commettrait un suicide en ne faisant pas la même chose (que NVIDIA)» [NDLR : avoir des produits immédiatement disponibles]. Il s’indigne aussi qu’il confonde un «paper launch» (un annonce disponible sur papier uniquement) et un «hard launch».

La guillotine

Quelles que soient les sources, la presse est unanime pour dire que les résultats décevants, que nous avons aussi constaté lors de notre test du CrossFire , et ce défaut cruel de disponibilité continue à sacrifier la peau de chagrin que constitue le groupe de fidèles qu’ATI avait récolté depuis ses cartes 9700/9800.