Accueil » Actualité » Le fondateur d’Oculus croît-il plus au succès de Gear VR qu’à celui d’Oculus Rift ?

Le fondateur d’Oculus croît-il plus au succès de Gear VR qu’à celui d’Oculus Rift ?

Image 1 : Le fondateur d'Oculus croît-il plus au succès de Gear VR qu'à celui d'Oculus Rift ?Gear VR

Palmer Luckey, le fondateur d’Oculus, a publié des tweets intéressants où il explique que les « câbles vont être un obstacle majeur dans l’industrie de la réalité virtuelle » et il en conclut que les solutions mobiles auront du succès bien avant que les versions PC ne puissent être sans fil. C’est une déclaration un peu surprenante du fondateur qui semble au premier abord dénigrer son propre produit au profit de solutions concurrentes. Il est néanmoins important de rappeler qu’Oculus est un partenaire de Samsung dans le développement de GearVR, le casque de réalité qui utilise un Galaxy. Pour mémoire, le Coréen a présenté le dernier modèle de son casque durant la conférence Oculus Connect qui s’est tenue en septembre dernier (cf. « Samsung annonce un nouveau Gear VR à 99 $ »). 

M. Luckey semble donc bien conscient des limitations d’Oculus Rift qui sera réservé à un marché de niche lors de sa sortie (cf. « Oculus présente sa plateforme »). En plus d’un prix élevé, d’un casque qui en rebutera plus d’un et la nécessité d’avoir une machine puissante loin d’être à la portée de tous, les câbles peuvent être perçus comme un frein supplémentaire. Son partenariat avec Samsung lui offre une plateforme plus facilement accessible au grand public, ce qui est une arme importante qui le distingue de la concurrence. En effet, la semaine dernière, Sony a multiplié les annonces pour montrer qu’il allait miser gros sur la réalité virtuelle (cf. « Toutes les annonces de Sony à la Paris Games Week 2015 »). Le Japonais a des studios développant des jeux pour PlayStation VR, ce qui lui donne un avantage sur ses concurrents. Néanmoins, la firme oblige aussi le consommateur a déjà posséder une PlayStation 4, des manettes peu communes et d’utiliser une boîte reliant la console au casque et à la télévision. On craint que cette complexité soit l’un des plus grands freins à l’adoption de cette technologie, comme le pense M. Luckey.