Accueil » Actualité » Le GPU de l’iPad Air 2 est encore plus gros que prévu

Le GPU de l’iPad Air 2 est encore plus gros que prévu

Image 1 : Le GPU de l'iPad Air 2 est encore plus gros que prévuShéma d’illustration de l’architecture du A8X (source Anandtech).

Le processeur A8X de l’iPad Air 2 est décidément plein de surprises. Apple ne communique jamais sur les caractéristiques précises de ses puces, nous sommes donc forcés de jouer aux devinettes, plus ou moins bien renseignées à partir des évolutions constatées sur les précédents SoC de la marque. Mais parfois, Apple casse ses habitudes et prend tout le monde par surprise. C’est ce qu’elle a fait avec l’A8X. Alors qu’on s’attendait à trouver un CPU à deux coeurs, comme sur les iPhone 6 / 6 Plus, l’iPad Air possède un CPU à trois à coeurs, une première et une bizarrerie dans le monde informatique habituées à la base 2. Aujourd’hui, nos confrères d’Anandtech nous révèlent que le GPU de l’A8X est aussi un mouton à cinq pattes : il s’agit d’un PowerVR Series6 XT à 8 coeurs, une puce qui n’existe pas au catalogue d’Imagination Technologies. 

Jusqu’à présent, on pensait que l’A8X utilisait le PowerVR GX6650, le plus gros GPU Series6 d’Imagination Technologies. C’est une puce à 6 unités de calculs, 50 % de plus que celles de l’A8. Cette différence correspondait tout à fait à l’écart de performance constaté dans les benchmarks. Mais Anandtech a pu se procurer une photo aux rayons X de l’A8X (qu’ils n’ont pas publiée), qui montre sans équivoque la présence de 8 coeurs GPU. Apple s’est donc offert un très gros GPU sur mesure – les rumeurs du printemps 2013 sur un GPU Apple maison n’étaient donc pas totalement infondées. Mais pourquoi, puisque le gain de performance n’est pas aussi gros que le GPU pouvait le laisser espérer ?

Nos confrères avancent l’explication suivante : l’A8X utilise un bus mémoire 128 bits, qui nécessite un grand nombre de points de contacts. Si grand qu’Apple serait forcé d’augmenter la taille physique de sa puce et donc forcé de multiplier le nombre de coeurs CPU ou GPU pour occuper la surface. C’est contraire à la logique habituelle des fondeurs qui tentent de minimiser la taille du die afin d’en graver plus sur un même wafer de silicium pour minimiser le coût unitaire. Mais Apple a les caisses bien remplies et peut se permettre un surcoût. En outre, à niveau de performance égal, un plus gros processeur peut fonctionner à une fréquence plus lente et donc sous une tension plus faible, ce qui est favorable à la consommation.