Accueil » Actualité » Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine » Page 9

Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine

1 : GeForce GTX 1080 8 Go : architecture du GP104 2 : Démontage de la GTX 1080 Founders Edition 3 : Simultaneous Multi-Projection et Async Compute 4 : Display Pipeline et SLI 5 : Méthode de test 6 : Résultats : Ashes, Battlefield et GTAV 7 : Résultats : Hitman, CARS et Rise of the Tomb Raider 8 : Résultats : The Division et The Witcher 3 10 : Résultats : consommation 11 : Résultats : température et bruit 12 : Conclusion

Résultats : applications professionnelles

Nous avons conçu une station de travail avec la compagnie Happyware située à Hambourg en Allemagne. Elle est censée représenter les performances de ce que l’on trouve généralement en entreprise. Nous utilisons ainsi un processeur Xeon E3-1280V5 à 3,7 MHz.

Tom’s Hardware Crossover Workstation

Système de test

Intel Xeon E3-1280V5 3,7 GHz
4 x 4 Go Kingston DDR4-2133 ECC
Asus P10 WS
2 x Samsung SM863 (3D V-NAND)
Seagate Constellation Server HDD
Windows 10 Enterprise (toutes les mises à jour)

Drivers

Catalyst Pro 15.201.2401
Quadro ODE 362.56 WHQL (ODE Drivers)
GeForce 368.13

Nous soulignons que de nombreuses applications requièrent des pilotes et composants certifiés. Néanmoins, de plus en plus de compagnies, telles qu’Autodesk, sont passées d’OpenGL à DirectX, ce qui signifie que les applications peuvent tourner sur des composants grand public bien moins chers. Ces benchmarks permettent donc de mieux comprendre le niveau de performance que l’on peut atteindre si la station de travail utilise une carte grand public.

AutoCAD 3D Performance

Image 1 : Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine

Nous nous concentrons seulement sur les performances d’AutoCAD 3D, puisque les performances en 2D sont uniquement dues au CPU. La GTX 1080 dépasse la Quadro M6000 de 2,5 %. La Quadro a la même puce que la GTX Titan, mais une fréquence plus basse de 10 MHz lorsqu’elle atteint sa température maximale. Toutes les cartes sont néanmoins proches les unes des autres, le CPU étant le goulot d’étranglement.

Maya 2013

Image 2 : Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine
En utilisant la suite de test SPECviewperf12, on peut voir à quoi ressemblent les performances de la GTX 1080 lorsqu’elle n’est pas limitée par le processeur. Elle obtient un avantage de 44 % sur la Quadro M6000.

Showcase 2013

Image 3 : Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine
L’avantage de la GTX 1080 sur la Quadro M6000 n’est pas aussi important que lors du test précédent, mais 22 % de performance en plus est tout de même honorable. Le problème vient principalement du processeur qui est une nouvelle fois le facteur limitatif.

Creo 2

Image 4 : Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine
L’application n’aime pas les cartes grand public. La GTX 1080 n’a pas un score horrible, mais les pilotes optimisés des cartes professionnelles sont clairement visibles.

Catia V6 R2012

Image 5 : Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine
Idem pour Catia où les cartes grand public sont clairement désavantagées.

Solidworks 2013

Image 6 : Le grand test de la GeForce GTX 1080 : la nouvelle reine

L’avantage des cartes professionnelles est encore plus important dans ce benchmark.

La GeForce GTX 1080 a un excellent rapport qualité-prix à moins que les applications utilisées ne soient optimisées pour les pilotes des cartes pour professionnelles. Néanmoins, pour les autres logiciels, il n’y a aucune raison d’acheter une Quadro ou une FirePro.

Sommaire :

  1. GeForce GTX 1080 8 Go : architecture du GP104
  2. Démontage de la GTX 1080 Founders Edition
  3. Simultaneous Multi-Projection et Async Compute
  4. Display Pipeline et SLI
  5. Méthode de test
  6. Résultats : Ashes, Battlefield et GTAV
  7. Résultats : Hitman, CARS et Rise of the Tomb Raider
  8. Résultats : The Division et The Witcher 3
  9. Résultats : applications professionnelles
  10. Résultats : consommation
  11. Résultats : température et bruit
  12. Conclusion