Accueil » Actualité » Le HSI de nVidia optimise l’AGP

Le HSI de nVidia optimise l’AGP

S'il est désormais acquis que la prochaine puce graphique nVidia (nv40) utilisera d'abord un adaptateur (le High Speed Interconnect, HSI) pour pouvoir être disponible au format PCI-Express (fonctionnement interne du GPU en AGP), on aurait pu croire que la présence de cet adaptateur briderait la bande passante du chip à celle du port AGP 8X (2 Go/s). En réalité, les ingénieurs de nVidia ont pu profiter de la proximité physique du HSI avec le GPU (plus importante qu'avec un véritable port AGP), pour doubler le taux de transfert entre ces deux puces. Ainsi, s'il fallait qualifier cette liaison, l'expression « AGP 16X » serait la plus proche de la réalité puisque le GPU perçoit le HSI comme un port AGP, mais avec une bande passante de 4 Go/s.

Ayant cette technologie, pourquoi nVidia déclinerait ses futures puces en des versions PCI Express natives ? D'abord parce que la présence de l'HIS devrait théoriquement augmenter la latence, et également parce que cet « AGP 16X » ne fonctionne qu'en half-duplex, là ou le PCI Express autorise le full-duplex (communication simultanée possible avec le port). Ensuite parce que la suppression de cet adaptateur au profit d'une solution PCI Express native devrait permettre de réduire quelque peu le coût de fabrication des cartes finales. Reste qu'on peut légitimement se demander si le doublement de la bande passante du bus est réellement quelque chose qui permettra à la prochaine génération de GPU d'obtenir de meilleures performances (auquel cas cet « AGP 16X » servira a quelque chose), ou s'il n'en sera rien, auquel cas le seul facteur rentrant en jeu (la latence plus élevé) grèvera légèrement les performances.