Accueil » Actualité » Le P.D.G de Toshiba démissionne après avoir gonflé les comptes

Le P.D.G de Toshiba démissionne après avoir gonflé les comptes

Image 1 : Le P.D.G de Toshiba démissionne après avoir gonflé les comptesL’exécutif de Toshiba présente ses excuses avant de démissionnerLe P.D.G de Toshiba, Hisao Tanaka vient de démissionner après qu’un comité d’enquête ait révélé que l’exécutif avait gonflé les bénéfices opérationnels de 1,12 milliard d’euros au cours des six dernières années. Norio Sasaki, le Vice-président du Conseil d’administration et ancien P.D.G de la firme, est aussi parti. Le Président actuel du Conseil d’administration, Masashi Muromachi, assurera l’intérim en attendant de trouver un nouveau P.D.G.

La désillusion japonaise

Selon le rapport d’enquête, les dirigeants imposaient des objectifs élevés. En retour, leurs subordonnées publiaient de faux résultats pour donner l’impression qu’ils les avaient atteints. L’exécutif n’a jamais demandé à ce que les comptes soient surévalués, mais il était au courant de cette pratique et il n’a pas pris les mesures nécessaires pour y mettre fin. L’augmentation frauduleuse représente un tiers de ses bénéfices avant imposition durant cette période.

Le scandale est d’autant plus important au Japon où Toshiba a toujours été perçu comme une entreprise modèle. Les problèmes de gestion, de culture et le manque de connaissance au sein de l’entreprise ont donc bouleversé le pays. Au total, huit membres du Conseil d’administration ont été obligés de démissionner et l’action de Toshiba a perdu 25 % depuis les premières révélations en avril dernier. Le ministre japonais des Finances a estimé que cette affaire était très regrettable et estime que le Japon pourrait perdre la confiance des marchés si le pays n’arrivait pas à mettre en place des règles saines de gouvernance d’entreprise. Le gouvernement a d’ailleurs réformé une partie du système l’an dernier, mais l’affaire Toshiba montre que cela n’est pas suffisant puisque malgré ses graves manquements de comptabilité, la firme satisfaisait largement les nouveaux impératifs, selon The New York Times.