Accueil » Actualité » Le piratage de logiciels progresse en France

Le piratage de logiciels progresse en France

Alors que le taux de piratage de logiciels pour PC est resté stable au niveau mondial, l’étude annuelle de la BSA révèle que le piratage a légèrement augmenté en France avec un taux restant très largement supérieur à la moyenne européenne.

La France bonnet d’âne européen

L’étude annuelle réalisée par la firme IDC pour le compte de la BSA (business software alliance), organisation regroupant les principaux éditeurs de logiciels, montre qu’en 2005, 35 % des progiciels installés sur les PC dans le monde étaient illicites. IDC évalue le manque à gagner à 34 milliards de dollars. Si le taux de piratage global n’a pas évolué par rapport à l’an 2004, cette étude révèle qu’il a augmenté d’un point dans l’Union Européenne, s’établissant à 36 %. En France l’augmentation est de deux points avec 47 % de logiciels piratés. En terme de manque à gagner, la France se place en 3e position derrière les USA et la Chine, la perte étant estimée à 3,19 milliards de dollars.

Les raisons de ce taux élevé

Pour l’IDC ce taux élevé est en partie lié au tissu économique français qui est constitué de nombreuses petites entreprises. Le piratage y est une pratique plus courante que dans les grandes entreprises. L’augmentation de 30 % des accès haut débit a également favorisé la croissance du piratage. Pour Eric Beaurepaire, Porte-parole de BSA France, « si des facteurs concrets, tels que la situation économique ou la croissance de l’accès haut débit, peuvent expliquer cette hausse de 2 points, le taux de piratage en France demeure néanmoins supérieur de près de 10 points à la moyenne européenne. Ce qui nous place dans la liste des mauvais élèves. ». Selon lui, « ces résultats sont peut-être le signe que la politique du ‘tout prévention’ montre certaines de ses limites face à l’attitude observée de la part des entreprises françaises. » Les campagnes d’informations menées ces cinq dernières années n’ont semblent-ils pas porter leurs fruits , ce qui pourrait inciter la BSA a durcir le ton. « Nous sommes prêts à reconsidérer notre approche : avoir une communication plus orientée sur les risques encourus, intensifier les contrôles et communiquer plus sur les jugements rendus. » a déclaré le porte-parole de la BSA.

Les pays émergents font des efforts

Si le piratage progresse en France comme dans 18 autres pays, il a baissé dans 51 des 97 pays couverts par l’étude. La BSA se félicite des progrès enregistrés dans les pays émergents du Moyen-Orient et d’Afrique ainsi qu’en Europe centrale et orientale. La Chine reste l’un des pays ou le taux de piratage est le plus élevé (86 %) juste derrière le Vietnam (90 %), mais c’est également le pays où le recul du piratage a été le plus important (4 points de moins). Le piratage a aussi fortement régressé en Russie (- 4 points), en Ukraine (- 6 points) et au Maroc (- 4 points). A l'autre bout du classement, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l'Autriche et la Finlande sont premières de la classe avec des taux respectifs de 21 %, 23 %, et 26 %. Le BSA explique les différences régionales par des facteurs tels que le niveau de protection intellectuelle, la disponibilité des logiciels piratés, les différences culturelles et les évolutions du marché en matière informatique, en prenant soin de passer sous silence le prix des logiciels par rapport au pouvoir d’achat.
La BSA constate que « Le renforcement des efforts de protection de la propriété intellectuelle, d’éducation et de sensibilisation améliore constamment la situation en matière de piratage de logiciels autour du monde » mais que la généralisation des accès haut débit nécessite des efforts permanents « pour réduire le piratage de logiciels et le contenir ».