Accueil » Dossier » Le processeur Cell » Page 12

Le processeur Cell

1 : Introduction 2 : La première révolution RISC 3 : La quête d’un meilleur ILP 4 : L’aveu d’un échec 5 : L’aveu d’un échec (suite) 6 : Les nouveaux enjeux 7 : Le CELL : une vue d’ensemble 8 : Les SPE : la force du Cell 9 : Les SPE : la force du Cell (suite) 10 : Le PPE : le maître d’œuvre 11 : Le PPE : le maître d’œuvre (suite), l'EIB

Conclusion

Alors le Cell une révolution ? N’allons pas si vite en besogne, parler de révolution est un bien grand mot. S’il faut reconnaître que l’approche d’IBM est intéressante sur de nombreux points elle n’est néanmoins pas parfaite. Ainsi l’approche qui vise à simplifier la logique de contrôle pour privilégier la logique d’exécution est assurément la voie à suivre pour les besoins des applications futures. Intel avait d’ailleurs suivi la même voie pour son architecture EPIC. En revanche là où l’Itanium cherchait à accroître l’ILP, le Cell mise tout sur le TLP par l’intermédiaire de multiples processeurs vectoriels. Il y a fort à parier que de nombreux fabricants de microprocesseurs suivront une approche de ce style dans les années qui viennent. Intel l’a d’ailleurs déjà annoncé dans sa roadmap. Après une phase qui consiste à inclure de multiple core généralistes au sein d’un CPU, le fondeur californien a déjà prévu d’ajouter de multiples cores spécialisés à ses processeurs.

S’il n’y a donc pas grand-chose à reprocher aux SPE, on peut en revanche être plus circonspect en ce qui concerne le PPE. IBM a peut être poussé un peu trop loin l’esprit de simplification et un core généraliste plus performant, capable du lancement multiple d’instructions dans le désordre aurait été préférable. Mais les compromis nécessaires pour rendre le processeur relativement peu coûteux à fabriquer dans l’optique de son utilisation dans des appareils grands publics par Sony et Toshiba risque de compromettre son utilisation dans des stations de travail.

Une rumeur qui circule laisserait d’ailleurs entendre que le Cell avait été proposé à Steve Jobs pour les futurs Macintosh mais que celui-ci l’aurait refusé. Ce refus est sans doute la combinaison de choix autant marketings que techniques, mais elle n’incite pas à l’optimisme quant au futur du Cell dans les ordinateurs personnels.

N’oublions toutefois pas que lorsque nous parlons du Cell nous parlons en fait de la première implémentation de l’architecture Cell qui a été présentée récemment par IBM et qui sera utilisée par la PS3 de Sony. D’autres implémentations corrigeront certainement les défauts constatés dans cette première mouture. La question n’est donc pas tant de savoir si l’idée du Cell est bonne, car elle l’est assurément, mais plutôt de se demander si IBM n’est pas un peu trop en avance en tentant de la réaliser dés aujourd’hui.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. La première révolution RISC
  3. La quête d’un meilleur ILP
  4. L’aveu d’un échec
  5. L’aveu d’un échec (suite)
  6. Les nouveaux enjeux
  7. Le CELL : une vue d’ensemble
  8. Les SPE : la force du Cell
  9. Les SPE : la force du Cell (suite)
  10. Le PPE : le maître d’œuvre
  11. Le PPE : le maître d’œuvre (suite), l'EIB
  12. Conclusion