Accueil » Actualité » L’erreur 451, nouvelle marque de la censure sur internet

L’erreur 451, nouvelle marque de la censure sur internet

Image 1 : L'erreur 451, nouvelle marque de la censure sur internetFahrenheit 451 n’était pas censé être un guide à suivre.

En naviguant sur internet, vous avez forcément déjà rencontré une page d’erreur. Ces pages portent toutes un code différent, selon la nature du problème. 404 ? La page demandée est introuvable à l’adresse indiquée. 500 ? Le serveur distant n’a pas pu répondre à la requête. Depuis le 18 décembre, un nouveau code d’erreur HTTP a été défini, le code 451. Il marque l’indisponibilité d’une page web pour raisons légales, autrement dit, il traduit la censure d’une page web. 

Ce code est une référence au roman de Ray Bradbury, Fahrenheit 451, qui décrit un futur dystopique où les livres sont systématiquement éliminés par autodafé. Par une coïncidence heureuse, le code 451 était à la fois disponible et cohérent avec la nomenclature de IESG. Il s’inscrit comme une extension du code 403, qui indique que l’accès à la ressource demandée est interdit, en précisant la raison de cette interdiction.

Les principaux acteurs du web, tels Google ou Facebook, vont donc pouvoir commencer à indiquer à leurs utilisateurs lorsqu’ils auront été contraints de bloquer l’accès à une page. Mieux encore : il est tout à fait possible d’étoffer la page d’erreur pour indiquer éventuellement des moyens de contourner la censure. Reste à voir si ce code sera utilisé en pratique. Certains gouvernements pourraient en effet l’interdire aussi, afin de masquer leurs efforts de censure.