Accueil » Actualité » Les différences entre Apple et l’Optimus de NVIDIA

Les différences entre Apple et l’Optimus de NVIDIA

Image 1 : Les différences entre Apple et l’Optimus de NVIDIA

La technologie d’Apple permettant de passer de l’IGP à la carte graphique dédiée diffère de l’Optimus utilisé par NVIDIA et même si l’idée est la même, l’un se concentre sur la consommation tandis que l’autre semble privilégier les performances.

Nos confrères d’Ars Technica ont pu apprendre de la bouche d’Apple comment fonctionne le système intégré dans les derniers MacBook Pro et qui a été mis à jour hier pour des raisons de stabilité.

Des choix permis à l’utilisateur

Contrairement à NVIDIA, Apple a joué la carte de l’automatisme complet. Dans le cas de l’Optimus, le caméléon définit une liste de programme qui demande le lancement du GPU plus puissant et qui peut être modifiée par l’utilisateur. Apple n’active la carte graphique que lorsque l’application fait appel aux frameworks graphiques avancés (OpenGL, Core Graphics, Quartz Composer, etc.). Bref, le client Mail de Mac OS X ne dépendra que de l’IGP, mais le lancement d’Aperture obligera le système à utiliser la GeForce GT 330M.

Autonomie contre puissance

La gestion des GPU est aussi différente. Sur les MacBook, on utilise soit l’Intel HD intégré dans les Core i5 ou i7, soit la carte de NVIDIA, l’élément inutilisé étant éteint. L’utilisateur n’a pas le choix, à part pour l’option qui lui permet d’éteindre ce système afin de laisser la carte graphique dédiée allumée sans interruption. Dans le cas de l’Optimus, l’IGP n’est jamais éteint, car NVIDIA prêche que cela permet d’améliorer les performances, même si en pratique le gain doit être minime, au détriment de la consommation.

En pratique, lorsque le système a besoin de plus de puissance, la carte dédiée écrit dans le frame buffer qui réside dans la RAM et l’IGP prendra en charge une partie des calculs en collaboration avec le GPU, ce qui signifie aussi que le bus système doit géré un plus grand flux de données.

Pour rappel, avant la sortie des nouveaux portables de la firme à la pomme (cf. « Apple renouvelle enfin ses MacBook Pro »), les MacBook Pro pouvaient passer de l’IGP à la carte dédiée en sélectionnant une option qui demandait néanmoins le redémarrage de la session utilisateur, ce qui était loin d’être pratique.