Accueil » Dossier » Les disques SSD, la fin des disques durs

Les disques SSD, la fin des disques durs

1 : Introduction 2 : La mémoire flash, comment ça fonctionne ? 3 : La flash NAND et l'organisation en blocs 4 : La durée de vie de la mémoire flash 5 : La gestion de l'usure 6 : Durée de vie : on est en train de tester 7 : La capacité en question 8 : La gestion du TRIM 9 : Les SSD et les optimisations 11 : Conclusion, le futur

Nuisances sonores et consommation

Un des avantages des SSD vient des nuisances sonores. C’est simple, on n’entend strictement rien. Comme il n’y a pas de pièces en mouvement, ils sont totalement silencieux. Pour ceux qui veulent laisser un ordinateur allumé dans une chambre, par exemple, c’est vraiment très intéressant. Attention, même si ce n’est pas le cas ici, certaines mémoires flash ont tendance à siffler pendant les accès. C’est un phénomène aléatoire et assez rare, mais présent de temps en temps.

Température

Image 1 : Les disques SSD, la fin des disques dursComme tous les semi-conducteurs, la mémoire flash chauffe quand elle fonctionne. Et comme tous les semi-conducteurs, elle fonctionne mieux une fois refroidie. Maintenant, entendons-nous bien : les SSD chauffent, c’est un fait, mais sans excès. Il est parfaitement possible de mettre sa main sur un SSD après un test, chose impossible sur un disque dur très rapide comme le Raptor. Les dernières générations de contrôleurs, plus complexes, chauffent un peu plus mais aucun ne nécessite pour le moment de radiateur : seuls quelques modèles (chez Toshiba, notamment) sont couverts d’un pad thermique pour transmettre la chaleur au boîtier du SSD, généralement en aluminium.

Consommation et autonomie

Autant les premiers SSD offraient un gain en autonomie substantiel, autant les SSD récents sont très proches des disques durs. Il y a deux raisons : la quantité de mémoire flash augmente, ce qui a un impact direct sur la consommation, et les disques durs s’améliorent avec le temps. S’il n’était pas rare de gagner 30 minutes de batterie en 2007, l’impact est mineur en 2011. Un SSD consomme entre 1 W et 5 W actuellement, selon les modèles et la capacité, et la différence de consommation avec un disque dur est assez faible. En dehors des ultraportables, où le moindre watt est important, la différence est trop faible que pour avoir un impact visible sur l’autonomie.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. La mémoire flash, comment ça fonctionne ?
  3. La flash NAND et l'organisation en blocs
  4. La durée de vie de la mémoire flash
  5. La gestion de l'usure
  6. Durée de vie : on est en train de tester
  7. La capacité en question
  8. La gestion du TRIM
  9. Les SSD et les optimisations
  10. Nuisances sonores et consommation
  11. Conclusion, le futur