Accueil » Dossier » Les disques SSD, la fin des disques durs

Les disques SSD, la fin des disques durs

1 : Introduction 2 : La mémoire flash, comment ça fonctionne ? 3 : La flash NAND et l'organisation en blocs 4 : La durée de vie de la mémoire flash 5 : La gestion de l'usure 6 : Durée de vie : on est en train de tester 8 : La gestion du TRIM 9 : Les SSD et les optimisations 10 : Nuisances sonores et consommation 11 : Conclusion, le futur

La capacité en question

La mémoire flash, comme la mémoire RAM, offre une capacité qui est une puissance de deux. Une puce de 8 « Go » offre en fait une capacité réelle de 8 Gio, soit 8 589 934 592 octets. Dans les SSD, une partie de cette mémoire est réservée, c’est ce que l’on appelle l’overprovisioning. Cette mémoire réservée sert à plusieurs choses : à la gestion de l’usure, en cas de problèmes quand un bloc est défectueux, etc.

Généralement 7,3 %

Dans un SSD classique, la mémoire réservée est de 7,3 %, c’est la différence entre la taille annoncée en Go (base 10) et en Gio (base 2). Quand une puce offre 8 Go (8 000 000 000 d’octets), elle a une capacité réelle de 8 Gio (8 589 934 592 octets). Certains constructeurs jouent plus ou moins sur les mots et il n’est pas rare de trouver des modèles de 120 Go qui n’offrent pas réellement 120 000 000 000 octets.

SandForce et les professionnels

Image 1 : Les disques SSD, la fin des disques dursAvec certains contrôleurs, notamment le SandForce, la mémoire réservée est plus grande. Sur les modèles professionnels et les premiers modèles grand public, la réservation était de 27,2 % environ : ~100 Go effectifs pour 128 Gio réels. Sur la seconde génération de modèles grands publics, les modèles les plus courants, la réservation est de seulement 12,6 %, soit environ 120 Go effectifs pour 128 Gio réels. Sur certains modèles utilisant de la mémoire en 25 nm, le contrôleur réserve 16,3 %, soit ~115 Go pour 128 Gio réels. Nous avons publié un dossier sur l’utilisation de la mémoire en 25 nm.

Dans le monde professionnel, la réservation varie en fonction des modèles et des contrôleurs, mais elle est dans presque tous les cas supérieure aux 7,3 % classiques, dans un souci de durée de vie.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. La mémoire flash, comment ça fonctionne ?
  3. La flash NAND et l'organisation en blocs
  4. La durée de vie de la mémoire flash
  5. La gestion de l'usure
  6. Durée de vie : on est en train de tester
  7. La capacité en question
  8. La gestion du TRIM
  9. Les SSD et les optimisations
  10. Nuisances sonores et consommation
  11. Conclusion, le futur