Accueil » Actualité » Les États-Unis et l’Angleterre piratent les cartes SIM

Les États-Unis et l’Angleterre piratent les cartes SIM

Image 1 : Les États-Unis et l'Angleterre piratent les cartes SIMUne carte SIM

Des documents révélés par Edward Snowden affirment que les services secrets américains et britanniques auraient pénétré les serveurs de Gemalto pour voler les clés de chiffrement de cartes SIM, selon The Intercept. La société est le plus grand fabricant de cartes SIM dans le monde. Tous les opérateurs français utilisent d’ailleurs ses services et il fournit 450 opérateurs dans le monde.

Pas grand-chose à faire à part s’indigner

Le piratage serait un effort conjoint entre les deux pays qui en auraient profité pour surveiller les conversations d’individus sans avoir à demander l’autorisation à l’opérateur ou passer par un juge. Il semblerait que les services secrets aient principalement intercepté les conversations d’ingénieurs et d’employés de plusieurs sociétés dans de multiples pays.

Gemalto affirme qu’il n’était pas au courant de cette faille. Un de ses responsables s’est dit choqué et il a assuré que la firme mettrait tout en oeuvre pour que cela n’arrive plus. Néanmoins, lorsque l’on sait que les gouvernements ont la capacité de produire les actes de piratage les plus complexes au monde (cf. « La Corée du Nord aurait attaqué Sony Pictures à cause d’un film »), il n’y a pas grand-chose à faire à part comprendre que les conversations sur réseau cellulaire ne sont pas réellement privées si un service gouvernemental a placé quelqu’un sous surveillance.