Accueil » Reportage photo » Les flops de 2012

Les flops de 2012

Image 1 : Les flops de 2012

Meg Whitman (HP)

La palme du plus gros flop de l’année revient sans aucun doute à HP et surtout Meg Whitman pour s’être lancée dans un mouvement de restructuration peu convaincant. Elle a pris la tête de la société en septembre 2011 (cf. « HP change encore de P.D.G ») et comme l’a habillement montré Jean-Louis Gassée, elle a suivi le manuel du parfait petit P.D.G. Elle a considérablement abaissé les objectifs, grandement dévalué les actifs de la société (cf. « HP s’est-il fait arnaquer de 9 milliards $ ? ») et licencié presque 10 % des effectifs (cf. « HP licencie, abandonne et dégringole »). En tirant HP aussi bas elle jette le blâme sur ses prédécesseurs, en évitant de rappeler qu’elle faisait partie du comité de direction auparavant, et toute croissance ou dépassement des objectifs sera perçu comme une preuve du succès de sa stratégie.

Le gros problème est que HP n’a rien offert de concret. Personne n’attend un changement fondamental de stratégie, aucune roadmap ne présente de nouveaux produits qui pourraient remonter la pente glissante et il n’y a pas eu un aveu clair et précis d’un désir de transformation à la IBM, malgré tous les signes et les rachats. En un an, HP est toujours le même, c’est-à-dire une société qui vend de moins en moins de machines, qui gagne de moins en moins d’argent et dont l’avenir reste très flou.