Accueil » Actualité » Les nanotechnologies sont immorales ?

Les nanotechnologies sont immorales ?

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Wisconsin-Madison montre que 70,5 % des Américains pensent que les nanotechnologies sont moralement inacceptables.

L’exception américaine

La question que nous nous posons consiste à savoir si les Américains savent ce que sont les nanotechnologies. Le résultat de cette étude a en tous les cas le mérite de surprendre. À titre d’information, 72,1 % des Français pensent que les nano technologie ne pose pas de dilemme moral, contre 62,7 % d’Allemands et 54,1 % de Britanniques.

Avoir foi dans la science

Le problème est que ce genre d’étude tend à faire des raccourcis et conclure que la place de la religion dans un pays comme les États-Unis serait le facteur qui pousserait à diaboliser les nanotechnologies. Or aujourd’hui, les institutions religieuses sont les premières à admettre qu’il n’y a pas assez de « religion » dans la société américaine. Il est vrai que cette dernière a entrepris un processus de désacralisation important que ce soit avec l’abandon de la prière dans les écoles, l’enseignement de la théorie de l’évolution et la démoralisation des émissions télévisées. Les dernières primaires le montre bien : le candidat républicain chrétien, Michael Huckabee, a été largement devancé par son concurrent direct : John McCain et Barrack Obama, un athée élevé par un père musulman est en train de voler la vedette à Hillary Clinton. Dire que les États-Unis estiment que les nanotechnologies sont moralement inacceptables parce que c’est un pays « religieux » signifie que l’on fait abstraction de ce qu’est devenue la société américaine depuis ces dix dernières années.

De plus, rien dans la Bible (le christianisme étant majoritaire dans ce pays, nous utiliserons ce livre sacré plutôt qu’un autre), n’interdit ou ne porte même un quelconque jugement de valeur sur les nanotechnologies.

En fait, en regardant l’étude de plus près, on se rend compte que les Américains mettent les nanotechnologies dans le même panier que les biotechnologies et la recherche sur les cellules souches. Les scientifiques de ces milieux ont la réputation de vouloir se prendre pour Dieu et les personnes interrogées semblent faire un amalgame. Ces résultats semblent donc plus témoigner d’une crainte à la Terminator contre un SkyNet virtuel plutôt que d’un jugement de valeur fondé sur des dogmes théologiques ou moraux. Les Américains ne seraient pas ignorants, selon l’étude, mais il semble exister une certaine phobie vis-à-vis des travaux menés par les scientifiques.