Accueil » Dossier » Les radiateurs CPU fanless » Page 4

Les radiateurs CPU fanless

1 : Introduction 2 : Introduction (suite) 3 : Thermaltake Fanless 103 5 : Scythe NCU-2005 6 : Scythe Ninja 7 : Le test 8 : Récapitulatif, performances 9 : Performances (suite) 10 : Bilan, conclusion

Thermaltake Sonic Tower

Le Sonic Tower est un radiateur dont la base est reconnaissable entre toutes. Reprise sur différents dissipateurs Thermaltake, elle consiste en l’association d’une plaque de cuivre et du soudage de 3 heatpipes en U. Aplatis et collés les uns aux autres, ces caloducs s’éloignent ensuite afin de mieux répartir la chaleur. C’est au moyen de deux séries d’ailettes serties en aluminium que la chaleur doit enfin être transmise à l’air. Atypiques, ces ailettes représente l’association de trois disques identiques centré chacun sur un heatpipe.

Il est étonnant voir choquant que Thermaltake laisse un tel espace entre ces deux séries d’ailettes, qui n’a pas lieu d’être : une seule série d’ailettes bien plus grandes aurait été préférable du point de vue thermique, mais sans doute pas du point de vue du design/marketing… Nous avons calculé pour chaque ailette une surface de dissipation d’environ 37 cm², soit au total 0,41 m². On reste bien au-delà des ventirads classiques, et il s’agit de la surface la plus grande de tous les radiateurs de ce comparatif.

A noter l’emplacement de deux séries de trous afin de permettre la fixation d’un ventilateur de 12 cm. Ce point est sans doute le plus regrettable : le design du Sonic Tower a comme seul mérite de permettre d’installer un ventilateur entre les deux séries d’ailettes, afin de bénéficier du concept de double aspiration-expulsion. Ainsi, la rotation d’un ventilateur placé entre les deux séries d’ailettes entraînerait l’aspiration de l’air qui viendrait refroidir la première série, puis l’expulsion de l’air qui refroidirait la seconde série. Mais non, Thermaltake a placé les deux séries de trous afin que seul un seul bloc profite du flux d’air, tout en déséquilibrant le poids et prenant d’avantage de place.

Heureusement, il est facile de palier à ce défaut. En effet, l’espace laissé entre les deux « tours » permet juste l’installation d’un ventilateur d’une épaisseur de 2,5 cm : il sera alors maintenu entre les deux, sans besoin de rajouter aucune fixation (sauf si le sens de montage sur la carte mère fait qu’une fois dans le boîtier, le ventilateur ne repose pas sur une des tours).

A noter également, la base d’une finition catastrophique : non polie et non plane.

Installation

Le Sonic Tower est compatible Socket A, Socket 939, Socket 478 et Socket 775. Seule la fixation Socket 478 utilise la structure en plastique du socket, les autres fixations utilisant directement les trous de la carte mère. A 692 g et vu la hauteur de 15 cm de la bête, c’est tout simplement le minimum.

Sur Socket 939, une tige métallique permet de maintenir la pression une fois installé à ses deux extrémités des vis munies de ressort. Celles-ci vont prendre appui sur la contre-plaque inférieure, munie d’origine sur les cartes mères Socket 939. Seul soucis, ces vis sont très courtes et la pression qu’il est nécessaire d’exercer pour donner un simple tour de tournevis des deux côtés et déjà forte. En outre, la tige métallique est fine et n’est pas fermement maintenu dans le sillon de la base du Sonic Tower, ce qui peut avoir comme conséquence d’excentrer la pression par rapport au centre de gravité du CPU (dans de faibles proportions toutefois).

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Introduction (suite)
  3. Thermaltake Fanless 103
  4. Thermaltake Sonic Tower
  5. Scythe NCU-2005
  6. Scythe Ninja
  7. Le test
  8. Récapitulatif, performances
  9. Performances (suite)
  10. Bilan, conclusion