Accueil » Dossier » Les radiateurs CPU fanless » Page 5

Les radiateurs CPU fanless

1 : Introduction 2 : Introduction (suite) 3 : Thermaltake Fanless 103 4 : Thermaltake Sonic Tower 6 : Scythe Ninja 7 : Le test 8 : Récapitulatif, performances 9 : Performances (suite) 10 : Bilan, conclusion

Scythe NCU-2005

Le japonais Scythe peut être considéré comme le premier constructeur à avoir osé le pari de lancer et d’assurer la disponibilité en France d’un radiateur entièrement passif pour processeur moderne. Il s’agissait du NCU 1000, lancé fin 2002. Une version 2000 puis 2005 vit le jour, mais toutes restent relativement proches, et basées sur le Heatlane (TS Heatronics).

Le Heatlane

Le Heatlane est une variante intéressante du heatpipe. Il en reprend le principe de base, à savoir l’utilisation intelligente du changement de phase afin de transférer rapidement la chaleur vers la zone froide. Ou plutôt les zones froides, car le Heatlane prend la forme d’un serpentin afin de multiplier le nombre de points en contact avec les zones chaudes puis froides.

Sur le NCU-2005 toutefois, ce schéma n’est pas parfaitement exact puisque le Heatlane ne réalise que deux passes où il est en contact de part et d’autre avec les ailettes. En outre, le NCU-2005 n’est pas en circuit fermé : le heatlane part de la base en contact avec le CPU, et termine sur cette même base, mais les deux extrémités ne sont pas reliées.

Notez enfin que si le heatlane du NCU-2005 est une grande plaque que l’on pourrait croire entièrement creuse, cette plaque est en fait constituée de minuscules tubes placés côte à côte. La texture rugueuse de ce heatlane permet presque de les distinguer de l’extérieur.

On en dénombre une quarantaine, dont le diamètre n’excède pas le millimètre. Ces tubes sont remplis de Freon 134a, et leur taille minuscule permet de favoriser le phénomène de capillarité, par lequel un liquide peut remonter un tube malgré la gravité (loi de Jurin). C’est ce qui permet au NCU-2005 de fonctionner dans toutes les directions, y compris dans le cas (improbable) où le processeur serait situé en haut et les ailettes en bas. En pratique, cela ne constitue toutefois pas vraiment un avantage sur les heatpipes, et les tests tendent à prouver que l’efficacité de ces derniers reste très bonne voir totale même à l’envers, surtout si plusieurs heatpipes sont utilisés conjointement.

A noter que le NCU-2005 est livré en deux parties : la base en cuivre (heatspreader), et le radiateur à proprement parlé. Seul soucis, la base du radiateur est concave, et l’utilisation de pâte thermique n’est pas la meilleure solution pour palier à ce défaut. Il aurait été bon que ces deux parties soient solidarisées par Scythe dès la production en usine : l’interface thermique pourrait gagner en efficacité. Cela dit, si ces deux parties ne sont pas solidaires, c’est pour permettre de faire pivoter le radiateur à 90° (sur certains Socket seulement), ce qui augmente la compatibilité voir l’efficacité dans certaines configurations.

Au total, le NCU-2005 est composé de 4 séries de 16 ailettes en aluminium, et dispose d’une surface de dissipation de 0,14 m², très faible dans l’absolu. Nous verrons ce que cela implique au niveau des performances, mais celles-ci pourront surprendre à la vue de cette spécification. Encore une fois, la surface de dissipation n’est pas le seul facteur à jouer dans les performances des dissipateurs passifs. Il est fourni avec des fixations pour fixer un ventilateur de 12 cm.

Installation

L’installation du NCU-2005 commence, nous l’avons dit, par l’assemblage du radiateur en tant que telle avec la large base en cuivre, qui joue le rôle de répartiteur de chaleur (heatspreader). Comme l’importance de cette interface est grande et malgré le fait que la base du radiateur soit concave, nous avons utilisé ici aussi de l’Artic Silver 3. A ce niveau, n’ayez pas peur de mettre trop de pâte thermique pour ensuite retirer le surplus qui s’échappera sur les côtés lors du vissage avec la base.

Ensuite, l’installation sur Socket 939 passe simplement par l’utilisation de deux vis munies de ressort, qui prendront appui sur la plaque située de l’autre côté de la carte mère. Si votre carte mère en est munie d’une d’origine, celle-ci pourra faire l’affaire, mais Scythe recommande toutefois l’installation de sa propre plaque (identique à celle du Ninja), et qui nécessitera le démontage de la carte mère.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Introduction (suite)
  3. Thermaltake Fanless 103
  4. Thermaltake Sonic Tower
  5. Scythe NCU-2005
  6. Scythe Ninja
  7. Le test
  8. Récapitulatif, performances
  9. Performances (suite)
  10. Bilan, conclusion