Accueil » Dossier » Les radiateurs CPU fanless » Page 8

Les radiateurs CPU fanless

1 : Introduction 2 : Introduction (suite) 3 : Thermaltake Fanless 103 4 : Thermaltake Sonic Tower 5 : Scythe NCU-2005 6 : Scythe Ninja 7 : Le test 9 : Performances (suite) 10 : Bilan, conclusion

Récapitulatif, performances

Spécifications des radiateurs testés

NomThermaltake Fanless 103Thermaltake Sonic TowerScythe NCU-2005Scythe NinjaThermalright XP-120
Dimensions10,5 x 9,5 x 13,8 cm11,2 x 11,2 x 15 cm10,8 x 8,3 x 14 cm11 x 11 x 15 cm11 x 12,5 x 6,3 cm
Poids752 g692 g445 g665 g

370 g

Nombre de heatpipes6

3

Heatlane : ~ 40

6

5

Diamètre des heatpipes6 mm6 mm> 1 mm6 mm6 mm
CompatibilitéSocket 478, 754/939/940

Socket 478, 775, 754/939/940, A

Socket 478, 775, 754/939/940

Socket 478, 775, 754/939/940

Socket 478, 754/939/940

Fixation pour ventilateur de 12 cmNonOuiOuiOuiOui
Surface de dissipation estimée2600 cm²4100 cm²1400 cm²2600 cm²2200 cm²

Ecartement entre chaque ailette1,75 mm2 mm6,3 mm4,4 mm

1,87 mm
Produit surface*écartement4550

8200

8820114404110
Prix moyen42 €45 €65 €50 €55 €

Le cinquième radiateur que nous avons inclut à ce comparatif est le Thermalright XP-120. En effet, bien que celui-ci se fasse dépasser par le XP-90C niveau performances, le XP-120 dispose d’atouts bien spécifiques aux radiateurs passifs : des ailettes en aluminium, et une surface de dissipation conséquente. Il nous servira de point de référence face aux différents tests que nous allons réaliser.

Ce tableau nous permet de voir assez clairement la différence de « philosophie » entre Thermaltake qui mise tout sur la surface de dissipation via notamment la densité d’ailettes (du même ordre que celle du XP-120, une solution active), alors qu’au contraire Scythe cherche avant tout à conserver un large espacement entre chaque ailette. Au final, nous avons isolé deux caractéristiques qui nous semblent importantes pour un dissipateur actif ou passif : la surface de dissipation et l’espacement entre les ailettes. Par curiosité, nous avons également calculé le produit des deux, dont nous reparlerons plus loin. Le dissipateur obtenant le coefficient le plus élevé (le Ninja) est celui qui réalise le meilleur compromis entre surface de dissipation et écartement des ailettes.

Notez par ailleurs l’importance qu’ont prit les heatpipes dans les dissipateurs actuels, qui en embarquent de plus en plus. C’est notamment ce qui explique le tarif assez élevé de la majorité de ces radiateurs. Le Ninja est par ailleurs un produit très récent dont la disponibilité est encore faible.

Performances

Semi-passif

Le premier cas d’utilisation est celui recommandé par les constructeurs eux-mêmes : un ventilateur de boîtier de 12 cm est installé à l’arrière (le modèle fourni d’origine par Coolermaster, et qui est très discret), et une alimentation avec ventilateur inférieure est utilisée (la TTGI 400 W, munie de 2 ventilateurs changés par des modèles silencieux). Aucun autre ventilateur n’est présent, et le boîtier est fermé. L’ensemble demeure très reposant, et notre sonomètre relève une valeur de 39,6 dBA à 30 cm devant le boîtier (contre 29,2 dBA une fois éteint).

Le processeur était ici abaissé à 1.8 GHz et Burn K7 était utilisé, le but premier étant la comparaison entre les cinq radiateurs. Tous les tests ont étés exécutés deux fois dans les mêmes conditions, le meilleur résultat étant retenu (une moyenne n’aurait fait que pondérer les erreurs). L’équilibre est ici généralement obtenu en un peu moins d’une heure.

Avec un léger flux d’air forcé, c’est le Ninja de Scythe qui l’emporte facilement. Le NCU-2005 et le Sonic Tower sont ici au coude à coude, alors que ces radiateurs sont complètement opposés au niveau de leur conception, avec une grande densité d’ailettes chez Thermaltake contre une faible surface de dissipation mais un écartement maximum entre les ailettes chez Scythe. Le Ninja est pour sa part assez équilibré entre les deux. En fait, les trois paliers de performances qu’on observe ici sont exactement les mêmes que nous obtenions plus tôt via le produit de la surface de dissipation avec l’écartement des ailettes. Un constat intéressant, qui traduit l’importance de trouver le bon compromis entre ces deux facteurs vu que les dimensions atteintes par ces radiateurs sont déjà énormes et peuvent difficilement augmenter.

Dans l’absolu enfin, les températures obtenues ici sont très acceptables puisqu’avec une température ambiante de 23°C, le Ninja maintient l’Athlon 64 3000+ sous Burn K7 à 53°C.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Introduction (suite)
  3. Thermaltake Fanless 103
  4. Thermaltake Sonic Tower
  5. Scythe NCU-2005
  6. Scythe Ninja
  7. Le test
  8. Récapitulatif, performances
  9. Performances (suite)
  10. Bilan, conclusion