Accueil » Dossier » Les répercussions du séisme japonais sur la high-tech » Page 4

Les répercussions du séisme japonais sur la high-tech

1 : Introduction 2 : Le marché des LCD est l'un des plus touché 3 : Un écosystème fragilisé

Une rentrée sous le signe de l’austérité ?

Image 1 : Les répercussions du séisme japonais sur la high-techComme nous avons pu le constater, même les usines peu touchées par la catastrophe ont vu leurs activités de production souffrir des coupures de courant, de la perte de main d’oeuvre, et de la difficulté de s’approvisionner en matières premières ou en composants. Ce sont des problèmes qui sont bien moins documentés et qui expliquent aussi les grandes pénuries. Par exemple, les usines de fabrication de LCD de NEC, Epson et Toshiba ont été peu touchées par la catastrophe, mais leurs activités ont été considérablement ralenties par les problèmes logistiques des autres entreprises. De même, Lenovo affirmait à la fin mars que son stock de batteries pour ordinateurs portables était trop bas pour assurer une production décente. Enfin, beaucoup d’entreprises qui n’étaient pas directement affectées par le tremblement de terre ont volontairement accepté de ralentir ou cesser leurs activités pour décharger le système électrique et favoriser les opérations de sauvetage.

L’industrie du semiconducteur est une machine qui doit être bien huilée pour fonctionner. Si un élément de la chaîne connait des problèmes, c’est toute la structure qui souffre. Nous entrons maintenant dans une période charnière. Les entreprises semblent avoir retrouvé des niveaux de production d’avant le tremblement de terre. On passe donc maintenant dans la phase de certification des produits et du redémarrage des circuits de distribution. Les livraisons sont ralenties par la destruction de certaines infrastructures importantes et les consommateurs devront attendre plusieurs mois avant de retrouver une situation normale où l’offre répond à la demande.

On peut aussi s’attendre à des variations de prix. Dans le cas des mémoires et des LCD, par exemple, le mouvement de baisse a déjà commencé à stagner et les disques durs devraient accuser d’une hausse de 10 % à 15 %. Les entreprises devraient donner plus de détails lors de la présentation de leurs résultats financiers du deuxième trimestre de cette année. En attendant, il est permis de penser que la rentrée scolaire, une période faste synonyme de renouvellements et d’achats, pourrait encore souffrir de pénuries.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Le marché des LCD est l'un des plus touché
  3. Un écosystème fragilisé
  4. Une rentrée sous le signe de l'austérité ?