Accueil » Actualité » Les Ryzen 5000 mobiles s’annoncent aussi peu disponibles que les Ryzen 5000 pour PC fixes

Les Ryzen 5000 mobiles s’annoncent aussi peu disponibles que les Ryzen 5000 pour PC fixes

Pas de miracle, l’offre pour les puces mobiles risque aussi d’être déficitaire.

Mauvaise nouvelle si vous comptiez attendre l’arrivée des Ryzen 5000 mobiles, nom de code Cezanne, pour acquérir un ordinateur portable : alors qu’elles ne sont pas encore annoncées, l’ombre de la pénurie plane déjà sur celles-ci.

Image 1 : Les Ryzen 5000 mobiles s’annoncent aussi peu disponibles que les Ryzen 5000 pour PC fixes

À l’instar de leurs homologues desktop, ces processeurs risquent bien d’être introuvables durant leurs premiers mois de commercialisation. Le DigiTimes pointe plusieurs problèmes au niveau des chaînes d’approvisionnement. Déjà, les lignes 7 nm de TSMC sont au maximum de leur capacité ; le fondeur taïwanais est impliqué dans la production des SoC des consoles de nouvelle génération, des Ryzen 5000, les GPU Big Navi, des puces Qualcomm… Pour ne rien arranger, l’offre de substrats ABF, un composant indispensable à la fabrication des processeurs, est déficitaire depuis plusieurs mois. Résultat : les tarifs augmentent de moitié ; des sociétés comme Unimicron Technology, Kinsus Interconnect Technology et Nan Ya PCB, qui fournissent ces substrats, affichent des délais d’attente d’au moins 4 mois.

AMD : les RX 6700 et RX 6700 XT n’arriveraient que fin mars

À peine 60 % des commandes de puces Zen 2 honorées

Actuellement, AMD n’honorerait que 50 à 60 % des commandes de processeurs mobiles Zen 2. Logiquement, la situation ne devrait pas s’améliorer avec le lancement de puces Zen 3. Les premiers PC portables armés de Ryzen 5000 mobiles seraient commercialisés à partir du troisième trimestre 2021. Mais les stocks s’annoncent d’ores et déjà très faibles.

Malheureusement pour AMD et les clients, il n’y a pas grand-chose à faire hormis attendre. La pandémie de coronavirus a suscité une très forte hausse de la demande pour certains produits. Cependant, les entreprises seraient réticentes à trop augmenter leur capacité de production. En effet, ces investissements se calculent à long terme ; or, rien n’indique que la demande sera toujours aussi importante d’ici un an ou deux.