Accueil » Actualité » Les serveurs de Facebook sont « open »

Les serveurs de Facebook sont « open »

Image 1 : Les serveurs de Facebook sont « open »

Facebook vient d’annoncer une initiative intéressante : Open Compute Project. L’idée est de montrer que la stratégie « serveur » de la société est efficace, en utilisant des solutions atypiques. En effet, Facebook n’utilise pas — à la façon de Google — des serveurs standards, mais a construit une nouvelle gamme de produits pour héberger son site Internet, un des plus visités du monde. 

La solution de Facebook est atypique et pensée pour un site de ce type, avec une optimisation des coûts assez importante. Premier point, les serveurs sont en « 1,5 U », intermédiaire entre le 2U classique et le 1U des « lames ». Deuxièmement, l’alimentation du serveur lui-même fait 450 W, travaille en 12 V en interne et est connectée à deux sources d’énergie : une en alternatif, classique, l’autre en continu. Chaque groupe de six serveurs dispose de sa ligne dédiée et d’une batterie capable de garder les serveurs allumés le temps de passer sur une alimentation de secours en cas de problèmes. Les racks ont été pensés pour une maintenance simple, n’ont pas d’arêtes coupantes et s’installent sans vis.

Image 2 : Les serveurs de Facebook sont « open »Deux plateformes sont supportées, avec des cartes mères spécifiques. La version Intel accepte deux processeurs Xeon « Nehalem » (5500 ou 5600), dispose de neuf emplacements RDIMM pour de la DDR3 et prend en charge six disques durs SATA. On trouve quelques connecteurs d’extensions : un PCI-Express 16x (câblé en 8x) et un PCI-Express 4x. La carte propose deux connecteurs USB 2.0 en façade, un en interne, un connecteur série en façade et trois cartes Ethernet interfacées en PCI-Express. La version AMD est proche, avec les mêmes interfaces, mais des Opteron de la famille 6100 et vingt-quatre emplacements DIMM.

En plateforme Intel, la machine gère au mieux 12 cores physiques et 24 threads dans la pratique alors que les serveurs AMD, on trouve 24 cores physiques.

Au final, Facebook propose une solution intéressante pour les sociétés qui ont de gros besoins en serveur web. Le tout est ouvert et semble très bien pensé. Reste à voir si les fabricants de serveurs vont suivre.