Accueil » Actualité » Les smartphones sont d’aussi bons coachs que les bracelets connectés

Les smartphones sont d’aussi bons coachs que les bracelets connectés

Faut-il investir dans un bracelet connecté pour suivre son activité quotidienne ou peut-on faire confiance à son smartphone ? La question mérite d’être posée depuis que ces derniers se sont dotés de mécanismes spécialisés dans la mesure de l’activité physique – notamment via l’intégration d’un coprocesseur spécialisé comme les M7 et M8 des iPhone 5s et 6/6Plus. Des chercheurs de l’université de Pennsylvanie ont réalisé une expérience assez simple pour le savoir : ils ont demandé à 14 cobayes de marcher sur un tapis roulant d’abord 500 pas puis 1 500 pas. À chaque fois, le testeur portait à ses poignets trois bracelets et un smartphone dans chaque poche de son pantalon, plus un podomètre et deux accéléromètres à sa ceinture. Les résultats sont surprenants :

Image 1 : Les smartphones sont d'aussi bons coachs que les bracelets connectés

Trois modèles sortent du lot, le bracelet Nike Fuelband et les accéléromètres de ceinture Fitbit Zip et Fitbit One, mais pas pour les mêmes raisons. Le Nike se révèle très peu précis, son erreur atteignant 22,7 %. Au contraire, les deux Fitbit se sont montrés d’une précision remarquable, donnant le bon nombre de pas à 1,5 % près.

Quant au Galaxy S4 et à l’iPhone 5s testés, ils ont démontré une bonne précision, comptant les pas avec une erreur de 6,7 % et 6,2 % respectivement. Les bracelets Fitbit Flex, Jawbone UP24 ou le podomètre ont fait à peu près aussi bien.

L’achat d’un bracelet connecté pour surveiller son activité physique ne doit donc pas être motivé uniquement par la précision de la mesure. Les bracelets ont heureusement d’autres arguments, à commencer par leur encombrement et leur robustesse compatible avec la pratique sportive.