Accueil » Actualité » Les supraconducteurs à haute température révèlent leur secret

Les supraconducteurs à haute température révèlent leur secret

Image 1 : Les supraconducteurs à haute température révèlent leur secretReprésentation d’électrons traversant un supraconducteurDes chercheurs de l’université de Cambridge ont put expliquer les phénomènes qui ont lieu au sein des supraconducteurs à haute température. C’est une avancée importante qui permet de comprendre ces matériaux dans le but de les exploiter un jour au sein d’un supercalculateur, entre autres. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature.

Les supraconducteurs sont des matériaux qui peuvent porter un courant électrique avec une résistance nulle. Les supraconducteurs conventionnels sont dits à basse température, car ils opèrent à une température proche du zéro absolu (–273 °C). Les supraconducteurs à haute température opèrent à –135 °C.

À la recherche de nouveaux supraconducteurs

Le premier supraconducteur à haute température fut découvert dans les années 80, mais le manque de connaissance autour du phénomène a rendu la tâche des chercheurs difficile. Lorsque le courant traverse le supraconducteur, les électrons voyagent ensemble sans se bousculer, d’où l’absence de résistance. Les scientifiques de Cambridge ont montré que dans un supraconducteur à haute température, les poches d’électrons sont entrelacées. Ils ont aussi découvert que ces poches d’électrons étaient présentes aux endroits où la supraconductivité était la plus faible. Les modèles avaient anticipé le contraire.

Les chercheurs peuvent donc maintenant essayer de trouver des matériaux aux propriétés similaires pour essayer de concevoir des supraconducteurs fonctionnant à des températures toujours plus élevées. Nous noterons que le protocole de l’expérimentation était particulièrement impressionnant. Les chercheurs ont annulé la supraconductivité du matériau pour étudier ce qui assemblait les électrons. Pour cela, ils ont utilisé le plus grand champ magnétique au monde qui tourne à 100 Teslas, ce qui est approximativement un million de fois plus important que le champ magnétique de la Terre.