Accueil » Actualité » Les USA ont cassé Internet en Syrie, selon Snowden

Les USA ont cassé Internet en Syrie, selon Snowden

Image 1 : Les USA ont cassé Internet en Syrie, selon SnowdenEdward Snowden (source : Wired)

Lors d’une interview donnée au magazine Wired, Edward Snowden affirme que la mise hors service du fournisseur d’accès syrien en 2012 n’était pas le fruit du gouvernement de Bashar al-Assad, comme on a pu le penser à l’époque, mais une opération des services secrets américains qui ont cassé un des grands routeurs du pays en essayant de l’espionner.

Une opération d’espionnage qui aurait mal tourné

La Syrie était à l’époque, et reste toujours, en pleine guerre civile. Inspirée par le « printemps arabe », l’armée syrienne libre est devenue l’un des principaux mouvements d’opposition du gouvernement. Le 29 novembre 2012, 92 % du trafic Internet a été coupé du pays. À l’époque, la thèse principale affirmait que le gouvernement souhaitait couper les modes de communication des opposants au régime.

Edward Snowden affirme aujourd’hui que les États-Unis avaient tenté d’exploiter une faille dans le réseau syrien. Ils avaient piraté l’un des principaux routeurs du seul opérateur du pays afin de pouvoir avoir accès aux emails et autres contenus circulant au sein de la Syrie. Le problème est que l’attaque a cassé le routeur qui est devenu complètement inopérationnel.

De la cyberguerre et ses dommages collatéraux

M. Snowden explique que les services américains ont essayé de réparer le routeur pour détruire le code qu’ils avaient installé afin d’effacer leur trace et éviter que leur programme tombe dans les mains syriennes. Selon Snowden, les Syriens n’ont jamais su ce qui s’était passé et ils se sont seulement préoccupés à remplacer le routeur en question.

Il est important de prendre ce récit avec du recul. Nous sommes sceptiques sur le fait que 92 % du réseau syrien ne dépende que d’un routeur. L’histoire de M. Snowden est plausible, mais elle est difficilement vérifiable. Le gouvernement syrien est connu pour être autoritaire et il y a eu d’autres coupures de ce genre qui lui sont attribuées, mais ce ne serait pas la première fois que le gouvernement américain se livrerait à ce type d’attaque.