Accueil » Actualité » L’Europe, championne des systèmes embarqués ?

L’Europe, championne des systèmes embarqués ?

La Commission européenne vient de préciser son plan de développement du secteur des systèmes embarqués intelligents pour 2007-2010. Le budget de recherche sera de 2,7 milliards d'euros sur quatre ans (2007 – 2010). Viviane Reding, commissaire européen pour la Société de l'information et des médias annonce que ce plan a pour objectif de faire de l’Europe la première place industrielle dans le secteur des systèmes embarquées intelligents. Le nom de ce plan est ARTEMIS (Advanced Research & Technology for EMbedded Intelligence and Systems).

Leadership et emplois

Pourquoi cibler les efforts de recherche sur ce domaine précis ? La recherche pourrait être un levier particulièrement intéressant dans deux domaines.

D’une part, Le commissaire européen précise que "Avec l'évolution constante des appareils électroniques et des technologies logicielles, il y aura de plus en plus de systèmes embarqués dans les équipements. Il est aujourd'hui admis que 98 % des systèmes de calcul dans le monde se trouvent dans ce type d'appareils, pas dans les ordinateurs, et affiche une croissance de 10 % par an". Sur cette base, l’Europe souhaite se préparer à devenir incontournable sur ce type de technologie.

Et de fait, les applications des produits embarqués sont vastes. La partie la plus visible de l’Iceberg est l’automobile par exemple, mais les systèmes médicaux, la recherche spatiale et la défense sont autant de secteurs qui utilisent ce type de technologie.

Mais par ailleurs, et tout autant que l’opportunité de devenir leader sur un secteur clé, c’est l’ambition de faire le plein d’emploi avec ce secteur qui attire les instances européennes. Certaines estimations prévoient que 600 000 nouveaux emplois pourraient être créés en 2015 dans le secteur automobile sur le marché des produits embarqués en Europe.

Associer public et privé

Le plan présenté cette semaine souhaite également associer les secteurs publics et privés. Entre autres entreprises parties prenantes, on trouve STMicroelectronics, Philips, Siemens, Airbus, Nokia, Symbian, Thales, ARM, Infineon, et Bosch.