Accueil » Test » Lian-Li PC-CK101 : attention au départ » Page 8

Lian-Li PC-CK101 : attention au départ

1 : Introduction 2 : Emballage et contenu 3 : Alimentation et câblage 4 : Où se cache le périphérique optique ? 5 : Installation du SSD 6 : La ventilation, revue et corrigée 7 : Carte mère et processeur n°1 : jusqu’aux limites du boitier 9 : Cette locomotive doit rouler ! 10 : Installation du module de propulsion 11 : Moteur : alimentation et interrupteur 12 : Place au sans-fil 13 : Audio et vidéo sans fil 14 : Un produit de niche franchement réussi

Carte mère et processeur n°2 : des choix plus adaptés

Etant donné que notre première tentative s’est révélée être un concours du ventilateur le plus bruyant, nous avons levé le pied. Un PCHC ne nécessite pas un quad core à coefficient multiplicateur débloqué, raison pour laquelle on peut se contenter d’un processeur bien plus économe (qui sera par ailleurs bien plus facile à refroidir dans ce boitier).

Image 1 : Lian-Li PC-CK101 : attention au départ

L’APU E-350 d’AMD est tout sauf un monstre : nous l’avions testé il y a un peu plus de deux ans, sachant qu’il a bien entendu été remplacé par plus performant depuis. La plateforme Brazos a pour elle un prix très attractif, puisqu’on trouve maintenant des cartes mères avec APU E-350 intégré à 70 euros et moins. Nous aurions pu utiliser un APU plus performant, mais la MSI E350IA-E45 présentait un double avantage : être à la mesure des objectifs de silence et de températures que nous envisagions, ainsi qu’à portée de mains au laboratoire.

Image 2 : Lian-Li PC-CK101 : attention au départ

Naturellement, l’envie nous a pris de modifier quelque chose dans la configuration : le ventilateur intégré à la carte mère s’avérant bruyant lorsqu’il monte dans les tours, nous l’avons remplacé par un Noiseblocker XM2. Sa consommation tout comme sa fréquence de rotation son très proches de celles du ventilateur d’origine, sachant qu’il a l’avantage d’être à peine audible même à plein régime.

Image 3 : Lian-Li PC-CK101 : attention au départ

Avec cette petite évolution, on arrive à un PCHC assez idéal. L’APU n’ayant pas besoin d’un flux d’air conséquent, il est possible de sous-alimenter le ventilateur du boitier voire l’enlever complètement, ou encore le remplacer par un modèle à LED rouges : après tout, il s’agit d’un train à vapeur.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Emballage et contenu
  3. Alimentation et câblage
  4. Où se cache le périphérique optique ?
  5. Installation du SSD
  6. La ventilation, revue et corrigée
  7. Carte mère et processeur n°1 : jusqu’aux limites du boitier
  8. Carte mère et processeur n°2 : des choix plus adaptés
  9. Cette locomotive doit rouler !
  10. Installation du module de propulsion
  11. Moteur : alimentation et interrupteur
  12. Place au sans-fil
  13. Audio et vidéo sans fil
  14. Un produit de niche franchement réussi