Accueil » Actualité » Liberté d’expression sur Internet menacée au Canada

Liberté d’expression sur Internet menacée au Canada

Mardi, le journal

Washington Post

, soutenu par une cinquantaine de médias dans le monde, a fait appel d'une décision d'un tribunal canadien qui a autorisé une demande pour diffamation contre le quotidien américain à la suite d'articles publiés sur son site Internet. Un ancien responsable des Nations unies réclame ainsi neuf millions de dollars canadiens de dommages et intérêts au quotidien.

L’ancien responsable de l'Onu, attaque le

Post

pour des articles publiés en 1997, qui faisaient état d'allégations de délits "peu avouables" à son égard lorsqu’il travaillait en Afrique. Sa poursuite repose surtout sur le fait que ces articles

sont toujours accessibles sur Internet au Canada

, suggérant que le pays où un article sur Internet est lu devrait être considéré comme celui où il a été écrit.

Ces médias redoutent que cette décision sans précédent n'entrave la liberté d'expression sur la Toile.


Parmi ceux qui soutiennent le Post, on note la chaîne CNN et les quotidiens New York Times, London Times et Yomiuri Shimbun. Ils affirment qu'ils pourraient être contraints de bloquer l'accès à leurs sites Internet dans certains pays si cette affaire est entendue par la justice canadienne.

Selon ces journaux, la décision "

viole l'esprit de la Toile, porte préjudice à la liberté d'expression et les expose à des poursuites sans fins partout dans le monde

".

La décision est toujours en délibéré.